Retour

26e fusillade de l'année à Ottawa : un homme et une femme sont accusés

Le Service de police d'Ottawa (SPO) a déposé, mardi, des accusations envers deux individus, dans le cadre de l'enquête au sujet de la 26e fusillade de 2016, menée par l'Unité des armes à feu et des bandes de rue.

Nehemiah Campbell, 26 ans, fait ainsi face à une dizaine de chefs d'accusation, dont port d'arme dans un dessein dangereux, port illégal d'une arme dissimulée, manquement à des conditions de mise en liberté, possession d'une arme à feu en contravention d'une ordonnance d'interdiction, nuisance publique mettant en danger la vie, la sécurité ou la santé du public et décharger une arme à feu prohibée ou à autorisation restreinte avec insouciance.

Une femme, Amira Youssouf, 22 ans, fait également face à sept chefs d'accusation, dont entreposage négligent d'une arme à feu prohibée ou de munitions, port d'arme dans un dessein dangereux, possession non autorisée d'une arme à feu à bord d'un véhicule et possession d'une arme à feu sachant que son numéro de série a été modifié.

L'Unité des armes à feu et des bandes de rue continue son enquête. « Plusieurs parties impliquées restent à identifier », souligne la police d'Ottawa par communiqué. Les enquêteurs demandent d'ailleurs l'aide du public pour obtenir plus d'information.

Rappel des faits

La police a reçu un appel vers 3 h lundi, à la suite de coups de feu survenus sur la rue Slater, près de la rue O'Connor.

Sur place, les agents ont retrouvé des douilles, ainsi que des traces de sang.

Par la suite, l'Hôpital Montfort a communiqué avec le SPO après avoir soigné un homme blessé légèrement par balle. Peu de temps après, l'Hôpital général d'Ottawa a également téléphoné aux services policiers après avoir soigné un autre individu, lui aussi dans la vingtaine, pour des blessures ne mettant pas sa vie en danger.

Les deux individus ont depuis reçu leur congé de l'hôpital.

« Le rôle joué dans la fusillade par l'un des blessés a donné lieu à des accusations criminelles », précise la police d'Ottawa.

Plus d'articles

Commentaires