Retour

3 mois de prison et 3 ans de probation pour avoir maltraité des animaux

Un résident de Danford Lake, dans le Pontiac, écope d'une peine de trois mois de prison et de trois ans de probation, après avoir plaidé coupable à des accusations criminelles de cruauté envers les animaux.

Alain Marchand a plaidé coupable à l'accusation d'avoir fait souffrir un animal inutilement et à l'accusation d'avoir causé une blessure ou une lésion à un animal par négligence volontaire. Il a comparu, mardi, devant la Cour supérieure du Québec à Campbell's Bay.

Il devra purger sa peine de prison les fins de semaine. Sa probation est assortie de plusieurs conditions et il devra effectuer 165 heures de travaux communautaires.

De plus, il lui est interdit à vie de posséder des animaux. Selon la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de l'Outaouais, M. Marchand pourrait faire face à d'autres accusations criminelles s'il viole cette interdiction.

Ces 10 dernières années, la SPCA de l'Outaouais a procédé à 4 saisies de chiens à la résidence de M. Marchand. L'organisme se réjouit donc du jugement et espère qu'il envoie un message clair.

« La loi était peut-être moins de notre côté et il n'y avait pas de jugement qui nous permettait peut-être d'avoir l'air plus sérieux », souligne sa directrice générale adjointe, Karine Dunnigan. « Donc, les gens ne nous prenaient peut-être pas assez au sérieux. Là, je pense qu'on a quelque chose d'assez concret pour dire que la cruauté animale en 2016, 2017 bientôt, c'est fini là, puis on niaise plus avec ça. »

Il y a deux semaines, M. Marchand s'était déjà vu imposer une interdiction à vie de posséder un animal, une première du genre au Québec en matière de cruauté envers les animaux. Cette peine résultait toutefois d'accusations déposées en vertu de la Loi sur la protection sanitaire des animaux.

La juge lui avait également imposé des amendes totalisant 1800 $.

Plus d'articles

Commentaires