Le diffuseur public franco-ontarien TFO est touché par des problèmes financiers. Trente-sept postes ont été supprimés « dans tous les départements », mercredi.

L'un des syndicats qui représente les travailleurs de TFO, Unifor, a émis un communiqué dans lequel il confirme que « 37 travailleurs, dont 11 membres d'Unifor » ont été mis à pied.

Le Groupe média Télévision française de l'Ontario (TFO) avait 224 employés en 2017, indique son rapport annuel.

Le dernier rapport financier de TFO faisait état d’une baisse des revenus ainsi que d’une hausse des dépenses.

Un employé en marketing, Imanol Arias, qui a été licencié mercredi, se dit « frustré » et « en colère » quant aux mises en pied, qui sont annoncées « de manière un peu lâche », selon lui, sans préavis de la haute direction.

Le président de TFO montré du doigt

Une autre personne au courant du dossier, mais qui voulait témoigner uniquement sous le couvert de l'anonymat, affirme ceci :

C'est un feu roulant de départs [mercredi]. Des gens sont accompagnés à la sortie. La direction est pointée du doigt pour mauvaise gestion. Les hausses de salaire de patrons ne passent pas. Ces coupes étaient évitables.

Une deuxième personne voulant elle aussi rester anonyme ajoute ceci :

On pensait que Doug Ford couperait TFO; finalement, ça aura été Glenn O'Farrell et le conseil d'administration.

Le financement stagnerait, selon les syndicats

Unifor affirme que « le télédiffuseur [...] a déclaré qu'il n'avait pas connu de hausse (du financement) ces deux dernières années. »

Puis, la Guilde ajoute dans son communiqué que « la stagnation du montant de la subvention opérationnelle provenant du ministère de l'Éducation de l'Ontario [...] aurait dû être considéré [...] afin d'en amortir les effets. »

Le rapport annuel de 2017-2018 ainsi que les prévisions de l'année en cours ne sont pas disponibles sur le site web du diffuseur public.

TFO a reçu, pour son année financière 2017, des subventions de fonctionnement de 16 805 450 $ de la part de la province. La chaîne profite aussi d'autres enveloppes du gouvernement provincial, notamment pour les projets spéciaux.

Cette subvention de fonctionnement était de 9 355 617 $ en 2015, puis de 14 887 026 $ en 2016. C'est ce que précisent les rapports financiers de l'entreprise.

Réactions

Kamala Rao, présidente de la Guilde canadienne des médias (qui représente certains des employés de TFO), affirme que sa priorité est de s'assurer que les droits de ses membres sont respectés, en vertu de la convention collective.

Nous sommes également inquiétés par une telle décision de la part de la direction de TFO, ajoute-t-elle, parce qu’elle aura des répercussions négatives sur les services fournis à la communauté franco-ontarienne, qui est au coeur du mandat de TFO.

Mme Rao ajoute que ce sont ses membres qui paient des décisions de gestion discutables de la part de la haute direction du Groupe Média TFO.

Unifor, de son côté, blâme le gouvernement ontarien pour la situation. Le gouvernement de l'Ontario doit revoir de toute urgence le financement accordé à TFO pour conserver une programmation canadienne culturelle, politique et sociale critique, a déclaré Naureen Rivzi, directrice de la région de l'Ontario à Unifor.

La direction de TFO n'a pas voulu commenter les compressions.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine