Retour

42 recommandations pour régler les problèmes à la prison d'Ottawa-Carleton

Une réduction considérable du recours à l'isolement et un examen approfondi des soins de santé offerts au Centre de détention d'Ottawa-Carleton figurent parmi les 42 recommandations du rapport d'un groupe d'examen, rendu public mercredi.

En mars dernier, le ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels, Yasir Naqvi, avait mandaté une équipe de travail pour élaborer un plan d'action, afin de régler les problèmes de surpopulation et de trouver des solutions à long terme pour améliorer la santé et la sécurité des détenus et du personnel.

Selon le document, les délais avant la tenue des procès, les problèmes liés à la liberté sous caution et à la détention provisoire contribuent au surpeuplement au Centre de détention d'Ottawa-Gatineau.

Le groupe de travail estime que l'usage des conditions restrictives et des cautions doit aussi être revu.

Il recommande notamment d'implanter à Ottawa un nouveau tribunal responsable uniquement des procès de détenus, afin de convoquer plus rapidement devant les tribunaux les personnes en détention.

Parmi les recommandations :

Court terme (1 à 6 mois)

  • Transfert des contrevenants, qui purgent une peine de plus de 30 jours pour qu'ils aient accès à plus de programmes et de services de réadaptation;
  • Révision de l'horaire et des pratiques de nettoyage, afin d'augmenter l'hygiène globale pour prévenir les moisissures et la propagation de maladies contagieuses.

Moyen terme (4 à 6 mois)

  • Examen approfondi des soins de santé, notamment quant aux délais pour obtenir des médicaments et des soins dentaires ainsi que l'accès à la méthadone;
  • Création d'un nouveau tribunal à Ottawa exclusivement dédié aux procès des personnes en détention;
  • Financement de places dans la communauté pour les personnes libérées sous caution;
  • Réévaluation des options de livraison de la nourriture, en ce qui a trait aux restrictions alimentaires, à la qualité et au coût.

Long terme (6 mois et plus)

  • Rendre les programmes de déjudiciarisation plus accessibles aux personnes aux prises avec des problèmes de toxicomanie et de santé mentale;
  • Faire une inspection physique complète de l'établissement pour améliorer les conditions de santé et de sécurité;
  • Augmenter le nombre de permissions de sortie pour les détenus en voie d'être libérés.

Des rapports trimestriels sur l'état d'avancement de la mise en œuvre des recommandations devront être présentés au ministre. Le premier doit être remis le 30 octobre prochain.

Un questionnaire soumis aux détenus

Par ailleurs, afin de préparer son rapport, le groupe de travail a soumis un sondage aux détenus, auquel 130 personnes ont répondu.

Les données ont révélé que :

  • 79 % des répondants ont déjà été placés en isolement
  • 66 % d'entre eux estiment qu'il faut accroître les services de soins de santé et en rehausser la qualité
  • 53 % des répondants souhaitent une amélioration du système de mise en liberté sous caution et de détention provisoire

Une analyse des tendances, incluse dans le rapport, révèle en outre que le nombre moyen de détenus a augmenté de près de 24 % de 2005 à 2015 à la prison d'Ottawa-Carleton. Au cours de cette période, les détenus mis en détention provisoire constituaient la majeure partie de la population carcérale.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine