Retour

43 nouvelles accusations d'agression sexuelle pour un ex-médecin de l'Université d'Ottawa

Le Service de police d'Ottawa (SPO) a porté 43 nouvelles accusations d'agression sexuelle et 40 accusations de voyeurisme contre le médecin de famille qui pratiquait encore récemment pour le Service de santé de l'Université d'Ottawa.

Vincent Nadon, 56 ans, de Chelsea, fait maintenant face à des accusations concernant près d'une cinquantaine de victimes présumées. Il a comparu vendredi devant le tribunal. Il reste détenu au moins jusqu'à son retour en cour, prévu lundi.

Le Dr Nadon a d'abord été accusé d'agression sexuelle et de voyeurisme après qu'une patiente d'une vingtaine d'années eut rapporté un incident le 16 janvier. Le médecin a été accusé de l'avoir filmée secrètement lors d'un examen médical dans une clinique du Service de santé de l'Université d'Ottawa.

Après l'annonce de l'arrestation du médecin par le SPO, 10 autres patients ont allégué avoir subi des agressions sexuelles. Vendredi, la police a déclaré qu'il y avait eu d'autres plaintes conduisant à des accusations impliquant 40 femmes de plus.

Le policier Alain Boucher a expliqué lors d’un point de presse que les faits reprochés ont débuté il y a plusieurs années.

« Les victimes sont des femmes adultes de tous les âges et les faits se seraient déroulés depuis l’année 1986 », a-t-il souligné.

La policière Carolyn Botting a pour sa part insisté sur le courage qu'il faut aux victimes de ce genre de crime pour se manifester.

« Il y a eu une première victime qui s'est manifestée et nous pouvons voir que cette personne a fait une grande différence », a-t-elle dit. « Nous ne croyons pas en ce moment qu'il y a des victimes dans la communauté qui ne sont pas liées à l'emploi du médecin. »

L’accusé a été démis de ses fonctions à la clinique de l'Université d'Ottawa.

Le Service de police d'Ottawa affirme qu'il pourrait y avoir eu des victimes dès la fin des années 1980.

Enquête en cours

Le Dr Nadon n'exercera plus au Service de santé de l'Université d'Ottawa. Il a accepté de ne pas renouveler son contrat à la suite des accusations déposées en janvier. Ses patients sont transférés à une nouvelle médecin, la Dre Karine Pilon-Larose, qui commencera au début du mois de juin. En attendant, les soins sont assurés aux patients par plusieurs membres de l’équipe du Service de santé de l'Université d'Ottawa (SSUO).

« Le personnel et les professionnels du SSUO sont très troublés de prendre connaissance de nouvelles accusations contre le Dr Vincent Nadon. Notre plus grande préoccupation continue d'être les victimes », peut-on lire dans le communiqué publié par l'Université vendredi.

« Le SSUO est au courant des préoccupations de nos patients et du grand public concernant les allégations contre le Dr Nadon ainsi que la protection des renseignements personnels sur la santé. Notre organisation continue de se conformer entièrement et volontairement à toutes les ordonnances judiciaires et nous coopérons pleinement avec l'enquête policière. Cependant, nous ne sommes pas en présence d'éléments de preuve ni en mesure de commenter davantage l'enquête en cours », a brièvement commenté par courriel Christopher Fisher, de l'Université d'Ottawa.

Plus d'articles