Retour

60 % des résidents d'Ottawa et Gatineau contre les grandes tours d'habitation

Voilà de quoi alimenter le débat. Un sondage Segma Recherche / Radio-Canada révèle qu'une majorité d'habitants d'Ottawa et de Gatineau s'opposent à la construction de grandes tours d'habitation.

Ce ne sont pourtant pas les projets du genre qui manquent dans la région. À Ottawa trois chantiers d'envergure prévoient la construction de tours de plus de 30 étages ; le SoHo Italia (trentaine d'étages), le Icon (45 étages) ainsi que les 3 tours SKY (dont une de 55 étages). Ces trois projets sont situés à l'entrée de la Petite Italie, au coin des rues Carling et Preston.

Gatineau n'est pas en reste, Brigil propose de son côté deux tours, l'Alliance (35 étages) et la Renaissance (55 étages), devant le Musée canadien de l'Histoire.

Des projets qui dépassent, et de loin, le niveau de tolérance des citoyens indique notre sondage Segma Recherche/Radio-Canada.

Près de 60% des résidents de Gatineau et d'Ottawa seraient contre de tels projets.

Oui aux tours, mais jusqu'à une certaine limite

La grande majorité des répondants seraient toutefois prêt à accepter des tours d'un maximum de 20 à 30 étages.

La conseillère du quartier Somerset à Ottawa, Catherine McKenney, estime que la tolérance des citoyens aux grands projets augmente lorsque ces tours se trouvent près des grandes artères et du transport en commun.

« Il faut les mettre en périphérie des quartiers établis », soutient-elle.

Réaction du même ordre du côté de la conseillère du quartier Hull-Wright de Gatineau, où pourraient être construites les tours de Brigil.

La conseillère municipale ajoute que contrairement à Ottawa, le projet Brigil n'a même pas encore été étudié par la Ville et qu'il s'agit d'un avant-projet.


Pas de surprises, pour des groupes de citoyens

François Bregha, résident du quartier Côte-de-Sable à Ottawa et ancien membre du conseil d'administration d'Action Côte-de-Sable, n'est pas étonné des résultats du sondage.

« Je crois que ce que les gens cherchent d'habitude, ce sont des bâtiments qui s'harmonisent avec le voisinage [...] et c'est souvent extrêmement difficile de le faire lorsqu'on propose de grandes tours », souligne-t-il.

Lissa Constantine, porte-parole de l'Association « Protégeons le Quartier du Musée », abonde dans le même sens. « Ce qui est l'important, c'est l'emplacement », précise-t-elle.

Elle ajoute que c'est aux Villes de décider ce qui est acceptable, et non aux promoteurs.

Réaction du promoteur Brigil Platine

En entrevue mardi après-midi, Yves Ducharme, chargé de projet pour l'entreprise Brigil Platine et ancien maire de Gatineau, a expliqué que le projet va « amorcer une transformation du paysage urbain de Gatineau. » Il ajoute que « ce n'est pas un projet immobilier au sens pur, seulement du locatif, du condo. C'est un projet multifonctionnel » .

Un peu plus de 300 unités d'habitation seront disponibles, et si le projet se réalise dans les meilleurs délais, ces logements seront disponibles dans 5 ans, ajoute-t-il. 

« Ce que Gilles Desjardins a en tête, c'est de léguer à Gatineau quelque chose qui va être iconique, qui va transformer l'image qu'on peut avoir de Gatineau,qui va s'inscrire dans le sillon du boulevard de la Confédération. » affirme le chargé de projet pour l'entreprise Brigil Platine.

Enfin, Yves Ducharmes ajoute que le projet amènera 8 000 000 $ en taxes. « Ça permettrait à la Ville de modifier ses programmes au niveau du développement social et de financer les organismes qui s'occupent de logement à prix modique » croit-il

Avec le reportage du journaliste Stéphane Leclerc

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine