Retour

Abus de confiance à Clarence-Rockland : la Couronne suspend ses accusations

Il y a plus de deux ans, des accusations d'abus de confiance ont été déposées par la Police provinciale de l'Ontario (PPO) contre Marcel Guibord et Guy Félio, deux anciens élus de la Cité de Clarence-Rockland, la conseillère municipale Diane Choinière et l'avocat Stéphane Lalonde.

Un texte de Denis Babin

Lundi matin, alors que devait s'ouvrir le procès des quatre individus au palais de justice de L'Orignal, il aura fallu tout au plus une quinzaine de minutes pour que la procureure de la Couronne responsable du dossier, Me Julie Scott, annonce que ces mêmes accusations étaient suspendues.

Ainsi, la poursuite a conclu qu'elle n'avait pas de « perspective raisonnable d'obtenir une condamnation ».

Guy Félio, Marcel Guibord, Diane Choinière et Stéphane Lalonde ont dû cependant s'engager à ne pas communiquer, sauf exception, directement ou indirectement avec Richard Lalonde et Daniel Gatien, respectivement anciens maire et directeur général de la Cité de Clarence-Rockland, et ce pour une période d'un an.

Soulagement pour le quatuor

« C'est une bonne nouvelle. Tous les accusés étaient très contents avec le résultat. Pour ces personnes, c'est une procédure très difficile. Pour arriver à cette conclusion aujourd'hui, c'est un résultat merveilleux », a indiqué l'avocat de M. Guibord, Me Seán May.

Par voie de communiqué, la conseillère Diane Choinière a exprimé le désir « de mettre cette expérience difficile derrière elle et de continuer à siéger au sein du conseil municipal de Clarence-Rockland ».

Toujours par voie de communiqué, l'avocat Stéphane Lalonde s'est dit quant à lui « heureux que la Couronne ait conclu qu'il n'y avait pas de possibilité raisonnable d'obtenir une condamnation ».

Finalement, l'ancien conseiller Guy Félio, qui se représentait lui-même, s'est refusé à tout commentaire.

Courriels publiés sur Facebook

Rappelons que ces accusations avaient été déposées après une longue enquête menée par la PPO.

C'est la publication sur Facebook d'une trentaine de courriels, qui auraient pu être compromettants pour les quatre individus, qui avait mené au déclenchement de l'enquête.

Entre autres, les courriels auraient pu laisser croire que ces derniers auraient été impliqués dans un complot pour se débarrasser de l'ancien directeur général de la Cité de Clarence-Rockland, Daniel Gatien, aujourd'hui à l'emploi du village de Casselman.

Puisque les accusations ont été suspendues, toute la preuve qui devait être présentée lors du procès ne sera jamais rendue publique.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine