Retour

Accident mortel sur le boulevard Lorrain à Gatineau

Une motocycliste de 51 ans a perdu la vie tôt jeudi matin sur le boulevard Lorrain, à Gatineau, à la suite d'une collision avec une voiture tout près de la rue Thérèse.

Pour une raison encore inconnue, la conductrice de la voiture âgée de 19 ans, s'est retrouvée en sens inverse, ce qui a mené à la collision frontale.

L'incident est survenu à 5 h 20 près de la rue Thérèse, à 300 mètres du chemin Chambord, lorsqu'un véhicule circulant vers le nord aurait dévié de sa trajectoire pour percuter une moto circulant vers le sud. ​

La motocycliste, une femme âgée 51 ans, a été transportée au Centre hospitalier de Gatineau, mais n'a pas survécu à ses blessures. L'automobiliste, une femme 19 ans, a pour sa part été transportée à l'Hôpital de Hull et a subi des blessures sérieuses.

La limite de vitesse est de 70 km/h dans ce secteur.​

Les deux voies du boulevard ont été fermées pendant de longues heures. Le Service de police de la Ville de Gatineau a procédé à une enquête pour déterminer les circonstances exactes de l'accident. Les policiers demandent la collaboration des automobilistes.

Un coin de rue dangereux?

Le coin de rue où est survenu l'accident est réputé dangereux par de nombreux résidents rencontrés par Radio-Canada, jeudi.

« Le coin de rue, l'hiver, moi je ne passe pas par là. Je passe par Chambord, parce que c'est trop dangereux », a déclaré Alexandre Fortin, 18 ans, qui n'est pas surpris d'apprendre qu'il y a eu un accident à cet endroit.

« Les gens sont vraiment impatients. Quand j'arrête là pour tourner sur Chambord, il y a des trucks qui passent sur la garnotte pour passer à côté et ils sont proches d'accrocher mon miroir. »

Même son de cloche du côté d'une résidente qui habite le secteur depuis 1982. Cette dernière affirme avoir déjà lancé une pétition auprès du ministère des Transports pour demander des correctifs.

« C'est vraiment un problème. Ça fait plusieurs années que tout le monde le sait. On attend juste que quelqu'un fasse quelque chose. Il semble que la balle est dans le camp du ministère des Transports en attendant que ce soit transféré à la Ville », s'est-elle désolée.

« Il y a des accidents toutes les semaines », a-t-elle rappelé. « Heureusement, il n'y a pas beaucoup des gens qui décèdent, mais n'empêche que ce sont de gros accrochages à grande vitesse. »

La première plainte formulée auprès du ministère des Transports entourant cette intersection dangereuse, selon la résidente, remonterait à 1983.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine