Retour

Accueil mitigé pour les mesures d’amélioration de la STO dans l'est de Gatineau

La Société de transport de l'Outaouais (STO) a procédé à plusieurs ajustements sur son réseau, depuis lundi. Les usagers des secteurs de l'est de Gatineau voient certaines améliorations, mais plusieurs estiment qu'ils demeurent mal desservis.

Les ajustements en question sont entrés en vigueur près de quatre mois après que la firme MMM eut déposé ses recommandations, dans le but d'améliorer le service.

La direction de la STO en a retenu certaines, notamment la remise en service des lignes directes à l'heure de pointe, pour éviter aux voyageurs d'avoir à changer d'autobus.

Depuis le début de la semaine, des lignes directes sont entrées en service entre les secteurs de Buckingham, de Masson-Angers, et Ottawa.

La ligne 93 vers Masson-Angers sert en particulier de projet pilote au transporteur public, pour une période de six mois. L'exercice permettra d'évaluer les besoins des usagers.

Des arrêts plus nombreux

Radio-Canada a rencontré Miriam Proulx, une usagère du Rapibus qui voyage chaque jour entre Masson-Angers et Ottawa.

Elle apprécie le fait que son autobus habituel soit devenu une ligne directe, sans transfert, mais elle déplore les arrêts qui sont devenus plus nombreux.

Mme Proulx constate qu'à son retour à la maison, les choses se corsent : le service demeure plus lent qu'avant l'inauguration du Rapibus.

« Probablement qu'on va avoir à être debout jusqu'à [la station de] la Gappe, jusqu'à ce que les gens débarquent pour aller prendre leur transfert. Peut-être même que les autobus vont être remplis et qu'on ne pourra pas embarquer pour se rendre à la maison et qu'on va manquer certains autobus à cause de ça », explique-t-elle.

La direction de la STO explique qu'elle prend en considération ce type de commentaires, tout en rappelant qu'il y a une distinction entre les lignes directes et express.

« Les gens embarquent dans l'autobus, restent dedans, se rendent à destination. Mais pour offrir un service de qualité à l'ensemble des usagers, il y a des arrêts en cours de parcours. C'est pour ça que ce n'est pas un express. C'est une ligne directe », indique le président de la STO, Gilles Carpentier.

Le transporteur public promet qu'il continuera à récolter les opinions des passagers, étant donné qu'elles ont été essentielles dans les dernières modifications qui ont été apportées.

D'après un reportage d' Andréanne Apablaza

Plus d'articles

Commentaires