La classe politique et les proches de Mauril Bélanger ont rendu un dernier hommage, samedi, au député d'Ottawa-Vanier et défenseur de longue date de la francophonie.

Ses funérailles ont eu lieu à la basilique-cathédrale Notre-Dame d'Ottawa, située dans la circonscription qu'a représentée le défunt pendant plus de deux décennies. Les célébrations ont commencé à 10 h et se sont terminées peu avant midi.

Mauril Bélanger s'est éteint le 15 août dernier à l'âge de 61 ans, après une bataille publique contre la sclérose latérale amyotrophique (SLA), aussi appelée maladie de Lou Gehrig.

Le premier ministre Justin Trudeau figurait parmi les politiciens qui ont assisté aux funérailles.

Il n'a pas pu contenir ses larmes en saluant la femme de Mauril Bélanger, Catherine Bélanger, à l'arrivée de la dépouille du défunt.

Le premier ministre Trudeau a prononcé un éloge funèbre, en faisant allusion aux batailles de Mauril Bélanger pour les droits des francophones.

La secrétaire générale de la Francophonie Michaëlle Jean a, quant à elle, abordé le combat de M. Bélanger contre la maladie de Lou Gehrig.

« Nous avons toutes et tous cherché à entourer Mauril Bélanger de nos pensées les plus reconnaissantes, de tous nos mots d'estime et de soutien, alors qu'il livrait l'un des combats les plus ardus de sa vie, face à cette maladie qui l'a assailli », a-t-elle prononcé dans son témoignage.

De son côté, Madeleine Meilleur, qui partageait la même circonscription que Mauril Bélanger au niveau provincial, estime que le décès de son collègue est une grande perte.

L'ancienne mairesse de Vanier, Gisèle Lalonde, a elle aussi offert un éloquent témoignage.

Elle a fondé le mouvement S.O.S. Montfort, qui luttait pour la survie de l'hôpital francophone, à Ottawa. Elle a rappelé le rôle important de Mauril Bélanger dans cette bataille.

Les drapeaux de l'hôtel de ville d'Ottawa et de Gatineau ont été en berne jusqu'au coucher du soleil, samedi, pour rendre hommage à cet ardent défenseur des droits des francophones.

Mauril Bélanger a appris qu'il était atteint de la SLA, une maladie neurodégénérative incurable, en novembre 2015, quelques semaines seulement après avoir été réélu dans la circonscription d'Ottawa-Vanier pour la huitième fois depuis son arrivée en politique fédérale.

Son décès a secoué ses collègues parlementaires, qui ont été nombreux, tous partis confondus, à saluer sa mémoire, notamment en signant un livre de condoléances installé dans la rotonde de l'édifice central du parlement pendant quelques jours.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine