Retour

Affaire Wettlaufer : les dirigeants de Caressant Care savaient que des médicaments étaient volés

La directrice des soins du centre Caressant Care laissait entendre aux infirmières qu'elles pouvaient être filmées dans l'espoir de décourager les vols de médicaments.

Un texte de Katherine Brulotte

L'ancienne directrice des soins infirmiers du centre Caressant Care a témoigné vendredi dans le cadre de l'enquête publique sur la sécurité des résidents des foyers de soins de longue durée.

L'ancienne patronne de l'ex-infirmière, Elizabeth Wettlaufer, qui a tué huit de ses patients, a mentionné les nombreux incidents au cours desquels des médicaments avaient disparu au cours des années de service de cette dernière.

Helen Crombez a affirmé que malgré les recommandations des policiers, des caméras de sécurité n'avaient pas été installées.

La directrice des soins au centre Caressant Care avait plutôt décidé de s'adresser aux infirmières de manière à leur faire croire que des caméras avaient été posées dans l’espoir que cela décourageait tout vol supplémentaire de médicaments.

De plus, selon elle, lors d’un processus d’évaluation des performances des employés, Elizabeth Wettlaufer s’était elle-même donné une note signifiant qu’elle devait s’améliorer dans l’administration de médicaments aux patients.

La directrice des soins a également dit qu'entre janvier et décembre 2012, l’ancienne infirmière s’était absentée 11 jours, ce qui avait entrainé des mesures disciplinaires. Elizabeth Wettlaufer avait alors affirmé avoir parfois besoin de « journées personnelles » en raison du stress.

Le témoignage de Mme Crombez s’est terminé, comme celui de son ancienne patronne, de manière très émotive. La directrice des soins a affirmé ne plus être la même depuis qu'elle a appris que des crimes ont été commis sous sa supervision.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Légalisation du cannabis: 6 choses essentielles à savoir