Retour

Affaissement au centre-ville d’Ottawa : autopsie d'un trou

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, estime qu'on ne connaîtra pas vraiment avant le mois d'août les causes à l'origine de la formation du cratère rue Rideau. On parle de deux mois d'enquête... Mais voyons voir ce que l'on sait jusqu'à maintenant.

L'hypothèse de la conduite d'eau brisée

Si vous regardez bien les images filmées le matin de l'affaissement, vous remarquerez deux jets d'eau très puissants, propulsant des milliers de litres d'eau avec force dans les deux directions.

Il s'agit de deux conduites d'eau potable sous pression. L'une a 32 cm de diamètre (12 pouces ) et l'autre 41 cm de diamètre (15 pouces). Avec de gros tuyaux comme ceux-là, pas étonnant que la force et le volume d'eau projetée aient provoqué une forte érosion du remblai sous la rue, contribué à élargir le trou et alourdissant le bilan des dommages.

Le trou atteignait à l'origine 28 mètres de large, par 40 mètres de long et - surtout - 5 mètres de profondeur.

Mais qu'est-ce qui a brisé la conduite?

Qu'est-ce qui aurait causé la rupture de l'une ou des deux conduites d'eau sous pression? Personne ne peut le dire encore...

Les deux conduites, l'une en PVC - qui a un peu plus d'une vingtaine d'années - et l'autre en métal - qui en a un peu plus d'une trentaine - sont relativement « jeunes » pour briser ainsi, selon la responsable du service d'eau potable de la Ville d'Ottawa, Tammy Rose.

Hypothèse du sol fragile

Les responsables du projet de construction du train léger, le Rideau Transit Group (RTG), sont très au fait de la fragilité du sol à cet endroit. La partie ouest du tunnel, des plaines LeBreton jusque sous le canal Rideau, a été creusée à même le roc. Les risques d'affaissement sont relativement faibles pour cette partie.

Mais la partie est du tunnel, de la rue Waller - à côté de l'Université d'Ottawa - jusque devant le centre Rideau - doit se creuser avec d'autres techniques d'excavation, dans un sol plus meuble..

Il n'a pas fallu beaucoup de temps pour que des problèmes surgissent : la chaussée s'est en effet affaissée rue Waller il y a un peu plus de deux ans, deux mois après le début des travaux de la bouche est du tunnel.

C'était après une nuit de pluie, fin février 2014. RTG a dû payer la facture pour réparer ce trou, car l'affaissement était lié aux travaux d'excavation du train léger, 4 mètres en dessous de la chaussée.

Qu'est-ce qui a fait bouger le sol et briser la conduite?

Ces mêmes conditions de terrain se retrouvent au nouveau trou rue Rideau. Mais la faiblesse du terrain n'explique pas à elle seule l'affaissement : il faut une force extérieure.

Y'a-t-il eu une faiblesse dans la paroi verticale érigée à côté des travaux d'excavation, qui étaient réalisés côté sud de la rue Rideau, tout près du centre Rideau? Cette paroi aurait-elle cédé, entraînant l'affaissement de la chaussée et le bris des conduites d'eau sous pression? Possible aussi.

L'hypothèse des travaux du train léger

Cette hypothèse, qui semble être la plus probable, soulève plusieurs questions..

 

Sur ce schéma, on peut voir que les travaux du tunnel du train léger, du moins la section ouest qui va des plaines LeBreton jusqu'à la rue Sussex, se situent presque en dessous du trou de la rue Rideau.

Le fond du trou se situe toutefois à 15 mètres du plafond du tunnel. Pour donner une idée, 15 mètres, c'est l'équivalent de la taille d'un immeuble de 5 étages.

Difficile de comprendre comment des travaux situés si profondément sous la surface auraient pu causer quelques dommages à la chaussée.

Comment l'eau s'est-elle retrouvée dans le tunnel?

Le fait qu'une quantité énorme d'eau se soit infiltrée jusqu'au tunnel semble toutefois établir un lien direct entre l'affaissement et les travaux dans le tunnel.

Le tunnel est un trou énorme en soi. N'oublions pas qu'il a été creusé pour laisser passer deux trains côte à côte. Et on a retrouvé un segment du tunnel inondé de près de 2,5 mètres d'eau.

Un affaissement du plafond du tunnel et des couches de terres supérieures jusqu'à la surface semble être plausible.

C'est ce qui s'est passé lors du premier trou, en 2014 - à la différence importante que le plafond du tunnel était à 4 mètres de la surface et non à 20 mètres, comme c'est le cas ici.

Même si cette hypothèse soulève de nombreux points d'interrogation, le lien entre l'affaissement de la rue Rideau et les travaux d'excavation tout juste à côté et en dessous du cratère, qui s'est formé, semble être beaucoup plus qu'une simple coïncidence...

C'est du moins l'opinion de l'expert en génie civil Julio Angel Infante Sedano, de l'Université d'Ottawa.

Rappelons que si les travaux du train léger sont la cause du cratère de la rue Rideau, c'est le groupe RTG qui devra payer les coûts de réparation de la rue et du tunnel, en vertu du contrat signé avec la Ville d'Ottawa.

Et probablement ramasser aussi les factures liées aux pertes de revenus des commerçants...

Et la confiance?

Souhaitons que ce ne soient pas les travaux du tunnel qui aient causé, encore une fois, cet affaissement.

La confiance du public dans ce mégaprojet en prendrait un dur coup.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine