Retour

Agrandissement du Château Laurier : les architectes sommés de retourner à leur planche à dessin

Les membres du Sous-comité du patrimoine bâti de la Ville d'Ottawa ont sommé les architectes du propriétaire du Château Laurier, Larco Investments, de repenser le design de l'aile supplémentaire qu'il veut construire à la place du stationnement étagé derrière l'édifice historique.

Le président du Sous-comité, le conseiller Tobi Nussbaum, a imposé trois critères que les architectes devront incorporer au nouveau concept :

  • la nouvelle aile doit comprendre plus de pierres calcaires comme celles utilisées dans l'édifice historique;
  • la devanture de la nouvelle aile donnant sur le parc Major's Hill doit être modifiée, car elle est trop uniforme;
  • le nouveau concept devra comporter plus d'éléments architecturaux qu'on trouve dans l'édifice d'origine.

Personne ne pense qu'on ne peut pas avoir une addition moderne [à l'hôtel]. C'est de s'assurer qu'il y a une relation entre l'addition [moderne] et le Château qui est là maintenant, a-t-il affirmé.

La quatrième et dernière mouture du plan architectural, une aile rectangulaire moins haute, faite de verre et de lignes de pierres calcaires, de facture très moderne, avait pourtant reçu l'aval des fonctionnaires municipaux, la semaine dernière.

Un organisme de défense du patrimoine à Ottawa s'y était toutefois vertement opposé, arguant que cet ajout ne s'harmonisait pas avec l'architecture du bâtiment original.

À notre avis, le quatrième dessin n'était pas mieux que les trois autres. [On a vu] les mêmes problèmes, a expliqué le président de Patrimoine Ottawa, David Jeans.

Ce dernier a reçu l'appui de plusieurs membres du Sous-comité du patrimoine bâti, dont celui de la conseillère Catherine McKenney, qui a tenté de savoir s'il était possible de faire un compromis entre le design moderne proposé et l'architecture actuelle de l'hôtel.

Encore place à l'amélioration, disent certains

Le conseiller municipal de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, a abondé dans le même sens. Il y a eu des améliorations [mais] c'est encore très loin, a-t-il souligné.

On n'est pas en position de donner carte blanche. Ce qu'on a, c'est une carte jaune disant : ''Poursuivez votre travail'', a conclu le conseiller Fleury.

Les architectes ouverts au changement

L'architecte Peter Clewes, de Larco Investments, a rétorqué que la nouvelle aile n'essayait pas de ressembler au bâtiment principal.

Il a expliqué que le design proposé se voulait un intermédiaire entre l'hôtel et le parc Major's Hill, situé derrière. Il a soutenu qu'une aile de facture semblable à l'édifice original pourrait porter atteinte à la magnificence de l'hôtel historique.

M. Clewes a cependant tenu à rassurer le Sous-comité en affirmant qu'il n'était pas fermé à d'autres changements au concept.

Avec les informations de Stéphane Leclerc

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque