Retour

Agressions sexuelles au parc Calypso : un homme purgera 19 mois de prison

Un homme de 31 ans du secteur d'Orléans, à Ottawa, est condamné à purger plus de 19 mois de prison pour des gestes de nature sexuelle, qu'il a posés au parc aquatique Calypso, dans l'Est ontarien, en août 2015.

Luc Champagne a plaidé coupable à des accusations d'agression sexuelle, de voyeurisme, de possession de drogue, de harcèlement criminel et de contact sexuel avec une personne de moins de 16 ans.

L'agresseur avait filmé ses victimes, quatre filles âgées de 9 et 13 ans, à l'aide d'une montre équipée d'une petite caméra dans une attraction du parc aquatique.

Avant le prononcé de sa peine, Luc Champagne s'est entre autres dit « désolé pour les gestes qu'il a posés, pour les victimes qu'il a agressées », tout en évoquant « sa jeunesse difficile, le manque d'interaction avec les autres ».

Une des victimes, aujourd'hui âgée de 14 ans et dont l'identité est protégée par un interdit de publication, était présente mardi matin, lors du prononcé de la peine au palais de justice de L'Orignal.

Le père de la victime a rappelé que sa fille avait vécu des moments difficiles et qu'il l'a trouvée courageuse dans cette épreuve.

Des motocyclistes appartenant au regroupement Bikers Against Child Abuse étaient aussi présents pour offrir leur soutien à la victime.

Le nom de l'agresseur sera inscrit à vie dans le registre national des délinquants sexuels. L'homme devra soumettre un échantillon d'ADN à cette fin.

Avec les informations du journaliste Denis Babin

Plus d'articles

Commentaires