Retour

Airbnb dans le viseur de l'industrie hôtelière d'Ottawa

Après les querelles entre l'industrie du taxi et Uber, voilà qu'un autre service de partage sur Internet suscite des réactions d'entrepreneurs mécontents : Airbnb. Selon l'industrie hôtelière d'Ottawa, il s'agit ni plus ni moins d'un concurrent direct, qui devrait payer sa part de frais et de taxes notamment.

Pour rappel, Airbnb est un site web qui met en lien des propriétaires de logements et des visiteurs potentiels, moyennant quelques frais.

Avec le temps, ce service en ligne s'est imposé comme une solution économique de voyage, comparativement aux prix souvent plus élevés pratiqués par les hôtels.

Généralement, ce sont des particuliers qui offrent leur propre logement à des visiteurs ou des touristes. Sauf que, selon l'industrie hôtelière de la région, il s'avére que des gens d'affaires possédant plusieurs appartements vides les louent à travers Airbnb.

À l'Association des hôtels d'Ottawa Gatineau (AHOG), on estime que cela équivaut à offrir des chambres d'hôtel, donc à exercer une activité d'entreprise hôtelière.

Pas de problème, mais...

Bien que la part d'Airbnb s'élève à moins de 2 % du marché de la villégature dans la région de la capitale nationale, l'AHOG souhaiterait que la Ville d'Ottawa réglemente ses activités.

« Il n'y a aucun problème, mais qu'ils s'enregistrent, qu'ils suivent les règles, qu'ils payent des taxes », demande le président de l'organisme, Daniel Laliberté. « Qu'ils paient les frais et qu'ils s'assurent que les gens, la salubrité, tous ces règlements-là soient respectés par les gens qui veulent louer. »

Ailleurs au pays, la Ville de Toronto a entrepris une étude sur le sujet, qui devrait être terminée au printemps prochain et Vancouver réglemente déjà l'industrie.

Le maire d'Ottawa n'était pas disponible pour commenter le sujet, mais il apparaît que la Ville n'a pas de plan à l'heure actuelle pour étudier la situation.

Pour leur part, les responsables d'Airbnb au Canada assurent qu'ils s'engagent à collaborer avec les municipalités afin de développer des règles faciles à respecter.

D'après un reportage de Stéphane Leclerc

Plus d'articles