Retour

Alerte à la bombe au Québec : la Couronne cesse les procédures 

Les quatre jeunes de 16 et 17 ans, qui auraient envoyé des courriels de menaces contre des écoles, l'automne dernier, sont maintenant libres.

Vendredi, le tribunal a accepté d'arrêter les procédures entreprises contre les quatre adolescents. La défense soutenait que le dossier n'était pas suffisamment solide.

La Couronne a un an pour ramener ce dossier devant le tribunal, avec de nouvelles preuves, si elle le souhaite.

Les trois garçons et la jeune fille, qui proviennent de l'Outaouais, à savoir des municipalités de Chelsea, Wakefield et L'Ange-Gardien, ont été remis en liberté sous de strictes conditions.

Ils faisaient face à des accusations de méfait parce qu'ils étaient soupçonnés d'être à l'origine de plusieurs courriels de menace émanant du collectif Sceptre rouge, un groupe jusque-là inconnu des policiers.

Pour rappel, des écoles secondaires de Gatineau et des pavillons du Cégep de l'Outaouais avaient été visés par des courriers menaçants, de même que des écoles d'Ottawa.

Ces lettres avaient créé un climat de peur et d'insécurité dans plusieurs établissements, entraînant même la fermeture de certaines écoles.

Les quatre accusés avaient été suspendus de leur école dès leur arrestation, en novembre.

Plus d'articles

Commentaires