Retour

Allégations d'agression sexuelle : la GRC s'entend hors cour avec une policière

Les avocats d'une sergente de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) annoncent par voie de communiqué, jeudi, avoir conclu une entente hors cour entre leur cliente et la GRC.

Caroline O'Farrell avait intenté une poursuite contre son employeur en 2013, alléguant avoir été agressée sexuellement, harcelée et maltraitée par des collègues masculins, alors qu'elle était membre de l'équipe équestre du Caroussel de la GRC, en 1986 et en 1987.

Les détails de l'entente hors cour n'ont pas été dévoilés, en raison d'une entente de confidentialité.

Mme O'Farrell avait cependant déposé en 2013 une plainte de 8 millions de dollars contre 13 anciens collègues.

Avant d'en arriver à cette entente, la GRC avait tenté de faire avorter la poursuite, sans succès.

Un long dénouement

Caroline O'Farrell se dit heureuse de ce règlement, mais elle déplore les années qui se sont écoulées entre sa plainte et son dénouement.

« C'est incroyable qu'il nous ait fallu tout ce temps, toutes ces dépenses et tout ce stress, pour en arriver à cette entente, alors que la GRC avait corroboré mes allégations à la suite d'une enquête interne en 1987-1988 », indique-t-elle en anglais dans le communiqué de ses avocats.

Caroline O'Farrell a été éventuellement transférée du Carrousel à un autre poste au sein de la GRC, où elle poursuit sa carrière.

La sergente O'Farrell est également satisfaite de constater que « les femmes dans la GRC sont finalement compensées pour les nombreux torts causés au fil des ans. »

« Il est temps de panser nos plaies et de s'assurer que notre environnement de travail est sécuritaire, juste et exempt de harcèlement et d'intimidation pour tous les membres de la GRC », conclut-elle.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine