Retour

Allégations d'attouchements sexuels au Collège canadien de police d'Ottawa

CBC a obtenu des informations selon lesquelles la Gendarmerie royale du Canada (GRC) tente de contenir du mieux qu'elle peut les retombées d'une enquête interne sur des allégations d'attouchements sexuels non désirées, de taxage agressif et de nudité fréquente sur le lieu de travail, à l'unité de formation aux explosifs, du Collège canadien de police à Ottawa.

Quatre hommes, qui travaillaient à l'unité de formation aux explosifs, affirment que le milieu de travail dysfonctionnel et empoisonné les a rendus malades, leur a causé des crises émotionnelles et a finalement eu raison de leur carrière prématurément.

Nous avons accepté de protéger l'identité du personnel et des instructeurs, qui jusqu'à ce jour, ne comprennent toujours pas comment cela a pu arriver, alors qu'ils travaillaient pour la GRC.

Un homme allègue qu'il prenait une douche dans un espace réservé pour une personne, lorsque l'instructeur civil Marco Calandrini est entré dans la douche, sans être invité et nu.

Cet incident s'est déroulé sous la gouverne de l'ancien gérant de l'unité, le sergent d'état-major, Bruno Solesme.

Selon des ex-employés, non seulement tolérait-il la nudité dans le milieu de travail, mais il l'encourageait.

Seulement quelques-uns de ces incidents sont partiellement reconnus dans des rapports déposés l'été dernier.

Les rapports notent que les comportements suscitaient un malaise.

Ces rapports considèrent que ces incidents se voulaient des blagues et qu'ils ne requéraient pas de thérapie.

Les deux instructeurs ont reçu une amende, soit de cinq à sept jours de paye. Bruno Solesme est finalement retourné à l'unité de formation, comme instructeur.

La GRC, pour sa part, a exigé une révision. « Nous faisons tout pour créer un milieu de travail sécuritaire, respectueux et ces comportements sont inacceptables », a révélé le sous-commissaire des Services de police spécialisés de la GRC.

Mercredi, la GRC a décidé de suspendre Marco Calandrini et Bruno Solesme. Ni l'un ni l'autre n'a voulu commenter la situation.

Une nouvelle enquête de la GRC est en cours.

Plus d'articles