Retour

Amazon à Ottawa : une façon de « dynamiser » la région

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, accompagné de plusieurs dignitaires, a annoncé mardi que le géant du commerce en ligne Amazon construira un entrepôt de plus de 92 000 mètres carrés, qui ouvrira ses portes en 2019.

Le nouvel entrepôt doit voir le jour près de l'autoroute 417 à l'extrémité est de la ville d'Ottawa, au 5371, chemin Boundary. L'immeuble nécessitera 99 quais de déchargement pour les camions et plus de 1000 places de stationnement.

Le maire Jim Watson a qualifié de « très bonne nouvelle » le projet d'entrepôt. « On manque d'emplois dans l'est de la ville. Il y a beaucoup de gens qui habitent dans l'est de la ville, mais il n'y a pas beaucoup d'emplois », a affirmé M. Watson.

Le maire Watson s'est aussi dit ravi que les efforts de la Ville aient porté leurs fruits. « Nous avons travaillé très fort pour nous assurer qu'Ottawa était dans la course. Nous sommes très heureux de l'annonce d'aujourd'hui », a-t-il déclaré.

« Nous avons un bon système des rues et des routes. Une bonne qualité de vie. Nous sommes entre Montréal et Toronto, et je pense que c'est une des raisons pour lesquelles Amazon a choisi notre site », a affirmé le premier magistrat, ajoutant que ce centre servira non seulement l'est de l'Ontario, mais aussi l'ouest du Québec.

Le conseiller municipal du quartier de Cumberland d'Ottawa, Stephen Blais, s'est lui aussi réjoui de l'arrivée de l'entreprise en sol ottavien. Selon lui, « ces nouveaux services permettront à d'autres entreprises de s'installer plus facilement dans ce coin de la ville ».

Pour sa part, le maire du canton de Russell, Pierre Leroux, s'exclame, puisque l'entrepôt verra le jour aux limites extérieures de sa municipalité. « Mille emplois juste à la porte de la municipalité, c'est quelque chose d'énorme pour nous, ça aura un impact positif pour la région de Russell », a-t-il dit.

Il estime que la venue d'Amazon va dynamiser la région. « Ça va créer de nouvelles constructions, des appartements, par exemple. Ça ouvre une porte pour nos entreprises locales qui ne font pas de ventes en ligne présentement. Avec l'arrivée d'Amazon, peut-être que l'opportunité serait là pour eux dans [l'économie] globale. »

« Que ce soit à court terme ou à long terme, c'est évident qu'il y a des emplois qui s'en viennent dans la région. Ça va être un des plus gros joueurs que l'on n'a jamais vus. Je pense aussi que ça va être le début, qu'il va y avoir des entreprises qui vont venir s'installer dans la région simplement à cause d'Amazon », a soutenu M. Leroux.

Défis anticipés

S'il s'agit d'une bonne nouvelle selon Pierre Leroux, la construction d'un tel entrepôt entraînera toutefois son lot de défis. « Il y aura certainement des enjeux pour le trafic, la circulation dans la région et où ça va être situé. C'est l'artère primaire dans notre canton, donc on veut être certains que tout est bien fait », a-t-il fait valoir.

Il a affirmé qu'un projet d'une telle envergure nécessitera des études d'impact sur la circulation. Il a dit s'attendre à ce que des experts suggèrent des solutions à des problèmes potentiels.

À savoir si l'offre de transport collectif sera augmentée dans le secteur pour répondre au besoin accru, le maire Watson a affirmé que ce sera étudié.

« Le trajet le plus près s'arrête au centre communautaire, ce que l'on ignorait jusqu'à présent. Ce serait certainement quelque chose à évaluer. Avec ce centre qui sera ouvert 24 heures sur 24 et des quarts de travail de nuit et pas de transport collectif, [...] le stationnement devra être grand », a souligné le maire d'Ottawa.

De son côté, la présidente de la Chambre de commerce de Clarence Rockland, Andréa Delorme, est mi-figue mi-raisin face à la venue du géant à Ottawa.

« Ça va apporter beaucoup d'emplois pour les gens de la région, oui, mais l'autre côté de la médaille, c'est que ça va nuire, peut-être, aux petites entreprises de la région de Prescott-Russell », a-t-elle dit.

Plus d'articles