Retour

ANALYSE : la lutte contre les changements climatiques coûtera cher aux Ontariens

La lutte contre le réchauffement climatique pourrait coûter cher aux Ontariens... Plusieurs milliards de dollars, reconnaît le ministre de l'Environnement, Glen Murray qui refuse toutefois de donner les détails de son plan d'action.

Un texte d'Alex Boissonneault

Des informations confidentielles publiées par le quotidien Globe and Mail laissent croire que les changements auront un impact considérable, en particulier sur le secteur énergétique.

La province veut tuer l'industrie du gaz naturel en Ontario... une catastrophe, dénonce John Yakabuski, porte-parole de l'opposition conservatrice en matière d'énergie. Il en veut pour preuve les informations obtenues par le Globe and Mail selon lesquelles le gouvernement compte réduire progressivement l'utilisation de l'énergie fossile dans le chauffage résidentiel, jusqu'à l'éliminer complètement en 2030. À l'heure actuelle, 76 % des Ontariens utilisent le gaz naturel.

Le ministre de l'Environnement, Glen Murray, promet que l'industrie gazière jouera toujours un rôle clef dans le secteur énergétique ontarien. Mais sans les confirmer, il ne dément pas les informations rapportées par la presse. Il ne confirme pas non plus que le plan du gouvernement pourrait dépasser 7 milliards de dollars d'investissements.

Ne pas répéter les mêmes erreurs

Le responsable de la campagne climat-énergie chez Greenpeace, Patrick Bonin, salue les efforts de la province. « C'est un des premiers plans qui voit à long terme, et qui dit: il faut se départir des combustibles fossiles, que ce soit dans les transports dans les bâtiments ou dans les industries. Il faut investir massivement ». L'Ontario mise en partie sur les revenus générés par le marché du carbone pour contrebalancer les coûts de l'ensemble de son plan de réduction des gaz à effet de serre.

Le gouvernement pourrait toucher jusqu'à 2 milliards de dollars, en commençant l'année prochaine, selon le gouvernement. Il pourrait même s'inspirer du Québec, question de ne pas commettre les mêmes erreurs explique Patrick Bonin.

L'Ontario a les objectifs de réduction des émissions polluantes parmi les plus exigeants au pays : 80 % par rapport au niveau de 1990 d'ici 2050, 15 % d'ici 2020.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine