Retour

André Marin veut faire de la sécurité un enjeu important dans Ottawa-Vanier

En marge d'une table ronde portant sur la sécurité dans la circonscription provinciale d'Ottawa-Vanier, lundi, le chef des conservateurs ontariens Patrick Brown et son candidat André Marin ont réclamé davantage de ressources pour lutter contre le phénomène de violence, qui sévit dans le quartier.

Patrick Brown et André Marin ont d'abord rencontré des gens d'affaires du secteur, en début de matinée, dans les locaux des Chevaliers de Colomb. Cette activité s'inscrivait dans la campagne du candidat conservateur M. Marin dans Ottawa-Vanier.

À la suite de cette réunion, l'ancien ombudsman de l'Ontario a affirmé aux représentants des médias présents que les résidents de la circonscription étaient effrayés par les fusillades.

Le chef du Parti conservateur, Patrick Brown, s'est pour sa part livré à un plaidoyer pour que la province finance adéquatement la lutte contre les gangs de rue.

Des ressources insuffisantes

Selon M. Marin, la police d'Ottawa n'a pas les ressources suffisantes pour contrer ce phénomène, à cause des compressions effectuées par le gouvernement de Kathleen Wynne.

« Dans le budget en 2016, le gouvernement libéral a coupé 325 000 $ qui étaient alloués au Service de police d'Ottawa, à l'unité qui s'attaque aux crimes sérieux dans la communauté », a-t-il détaillé. « Et on a vu que dès que ces coupures-là ont été faites, il y a eu une hausse au niveau des crimes sérieux, des fusillades. Nous, ce qu'on veut faire, c'est retourner ces 325 000 $ à la police d'Ottawa. »

Il faut savoir que depuis le début de l'année 2017, 57 incidents impliquant des armes à feu se sont produits dans la capitale nationale.

Les secteurs de la Basse-Ville, d'Overbrook et de Vanier, qui font tous partie de la circonscription, ont enregistré 13 incidents de la sorte pendant cette même période.

Des préjugés à changer

La directrice générale de la Zone d'amélioration commerciale (ZAC) de Vanier, Jamie Kwong, soutient cependant que les discussions en cours dans la communauté ne concernent pas tant les enjeux de sécurité, que l'accroissement et l'accès aux services sociaux.

« Il faut que tous les niveaux de gouvernement, toutes les associations de quartier, tous les résidents se mobilisent et investissent dans la communauté. Cela signifie aussi d'investir dans les services sociaux qui peuvent régler les problèmes au sein de la communauté », explique-t-elle.

Mme Kwong estime que le quartier a beaucoup à offrir aux gens d'affaires. Elle rappelle que des travaux de revitalisation auront lieu au cours des deux prochaines années au chemin Montréal.

« Actuellement, c'est le meilleur moment pour investir dans ce secteur », lance-t-elle. « Nous ne voulons pas que les gens véhiculent des préjugés, parce que ce sont justement des préjugés. »

Elle s'attend d'ailleurs à ce que la personne qui sera élue comme député provincial travaille pour rendre le secteur encore plus attirant.

Avec des informations de Gilles Taillon

Plus d'articles