Retour

Après des déboires financiers, le CIASF reprend ses activités

Après deux mois de déboires financiers, le Centre d'intervention en abus sexuels pour la famille (CIASF) rouvre ses portes lundi et offrira ses services auprès d'enfants victimes d'agressions sexuelles et de leurs proches mercredi dans ses anciens locaux, au 92, boulevard Saint-Raymond à Gatineau.

L'organisme avait mis à pied temporairement ses 11 employés et remercié son directeur général, Simon Drolet, le 12 mars dernier, en raison de problèmes financiers liés en partie à une « difficulté au niveau de la gestion », selon la directrice par intérim et fondatrice du CIASF, Huguette Joly.

Le CIASF a fait appel au Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) pour maintenir certains services.

« Le CISSSO nous a vraiment donné un énorme coup de main, [...] ils nous ont aussi aidés financièrement, ils nous ont permis de répartir dans le temps des montants d'argent que l'on devait à leur organisation », explique Sébastien Savard, membre du conseil d'administration du CIASF, qui reconnaît que « les derniers mois ont été éprouvants ».

Sept employés ont recommencé à travailler ce lundi.

« Tous les services vont rouvrir, c'est-à-dire tous les groupes de thérapie avec des enfants de 3 à 17 ans, avec les parents d'enfants victimes, avec les enfants ayant des comportements intrusifs sexuellement et leurs parents, les adolescents ayant été abusés sexuellement et leurs parents, ainsi que les adultes ayant abusé sexuellement », précise M. Savard.

Annuellement, le CIASF reçoit de 550 à 650 demandes de services, selon M. Savard.

« Nous avons actuellement une cinquantaine de personnes sur nos listes d'attente », mentionne-t-il.

Le C. A. devrait prochainement trouver une remplaçante à la directrice par intérim, Mme Joly.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Une mère et son fils offrent une danse inoubliable





Rabais de la semaine