Retour

Après une série de meurtres à Ottawa, le chef de police lance un cri du coeur

Les cinq homicides qui ont eu lieu depuis le début de l'année dans la capitale nationale ont incité le chef du Service de police d'Ottawa, Charles Bordeleau, à lancer un appel à la collectivité dans une lettre ouverte, lundi. Monsieur Bordeleau affirme observer « une tendance où des jeunes [...] se tournent vers une violence extrême pour régler même des différends mineurs ». 

Un texte de Jérémie BergeronTwitterCourriel

Certains de ces jeunes sont membres de bande, d'autres « plutôt impliqués dans des activités criminelles de moindre niveau », raconte le chef.

« La violence qui a donné lieu aux meurtres de cinq jeunes hommes en 2016 est une déchirante source d'inquiétude pour toute notre collectivité », écrit M. Bordeleau.

Le dernier meurtre à s'être produit dans la capitale nationale s'est déroulé la semaine dernière, sur le croissant Jasmine. Ce lieu a été témoin de trois homicides en un an.

Aux dires du chef, la demande de drogues n'a pas diminué alors que le nombre de nouveaux trafiquants a augmenté.

Plus d'effectifs

Si en novembre la police d'Ottawa annonçait qu'elle doublait temporairement le nombre d'effectifs assignés à son Unité des bandes et des armes à feu alors que le nombre de fusillades se multipliait, elle le fait maintenant de façon permanente. 

D'autres organisations, comme Prévention du crime Ottawa, la Coalition des centres de ressources et de santé communautaires d'Ottawa et l'Organisme communautaire des services aux immigrants d'Ottawa sont invitées à collaborer pour trouver des solutions à plus long terme.

« Pour aborder et prévenir cette violence, la solution doit inclure la police, les groupes communautaires, les membres individuels de la collectivité, et les amis et les proches des personnes impliquées. »

« Nous devons faire appel à notre Stratégie existante de lutte contre les bandes de rues à Ottawa qui mise sur des programmes aidant à détourner les gens de la violence et des bandes, par la voie d'une saine cohésion de quartier et de la prévention précoce, de l'intervention et de l'application de la loi » poursuit Charles Bordeleau.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine