Retour

Aucune ambulance n'était disponible à Ottawa dans la nuit de samedi à dimanche

Des ambulanciers de l'extérieur d'Ottawa sont de nouveau venus à la rescousse de leurs confrères de la capitale, ce week-end, en raison d'un nombre d'appels d'urgence anormalement élevé.

Pendant au moins quatre heures, aucune ambulance du Service paramédic d'Ottawa n'était disponible. Des sources confirment que cette situation a duré de 21 h samedi à 1 h dimanche.

En 2016, la plus longue période pendant laquelle le service ambulancier de la capitale avait été à court d'ambulances avait été de 2 heures et demie, selon CBC.

Le directeur des Services d'urgence des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR), Michel Chrétien, souligne que son service a été mis à contribution, dans la nuit de samedi à dimanche, pour dépanner la Ville d'Ottawa.

« Le volume était assez élevé en fin de semaine, qu'il a fallu augmenter notre flotte et notre personnel, mais on n'a pas réussi à tenir la cadence, parce que le volume était très élevé à Ottawa », a-t-il déclaré.

La cause exacte du nombre élevé d'appels d'urgence au cours du week-end n'est pas connue. Toutefois, dans une déclaration envoyée en son nom, le chef du Service paramédic d'Ottawa, Myles Cassidy, a confirmé que la demande a été supérieure à la normale.

Le ministère de la Santé prêt à intervenir?

La Ville d'Ottawa a embauché 12 nouveaux ambulanciers paramédicaux en 2016 et 24 autres ont terminé leur formation plus tôt ce mois-ci. Une ambulance additionnelle a été ajoutée à la flotte.

Or, M. Chrétien est d'avis que le Service paramédic d'Ottawa dépend encore trop des services ambulanciers ruraux pour le dépanner.

Cette situation est d'ailleurs une source de frustration pour les premiers répondants de l'Est ontarien, qui ont récemment tenté, sans succès, de négocier une entente avec la Ville d'Ottawa à ce sujet.

Selon M. Chrétien, le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l'Ontario est bien au fait de la situation et est prêt à intervenir si aucune entente locale n'est conclue entre les différents services d'urgence.

« Nous avons des discussions avec le ministère et il est prêt à adopter des modifications législatives pour débloquer l'impasse », a-t-il affirmé.

Avec les informations du journaliste Gilles Taillon et de CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine