Retour

Aucune surveillance ou signalisation sur la plage d’Ottawa où un enfant a perdu la vie

La noyade d'un enfant de 10 ans, samedi, à la plage de Constance Bay, dans l'ouest d'Ottawa, suscite de nombreuses questions quant au manque de signalisation ou de surveillance sur place.

Le garçon, qui est originaire de la région du Grand Toronto, marchait dans l'eau avec son frère aîné de 20 ans lorsqu'il a perdu pied et a été emporté sous l'eau.

L'endroit où le drame a eu lieu se trouve au bout d'un banc de sable blanc, surnommé « la pointe », dont le niveau chute de façon abrupte, en plus d'être balayé par de forts courants.

Maurice Prud'homme, 69 ans, fréquente la plage depuis qu'il a 6 ans. Il affirme que la profondeur peut varier de 60 cm à 18 m autour de la pointe.

Selon son expérience, la différence de niveau est visible quand l'eau passe du marron au noir, un signe que ne savent pas nécessairement déceler les enfants.

Aucun panneau

M. Prud'homme précise qu'à la suite d'une noyade survenue il y a quelques années, des panneaux avaient été installés, mais depuis, ils ont été arrachés par la glace.

Plusieurs baigneurs rencontrés sur place par Radio-Canada, mais aussi par un restaurateur installé sur place depuis près de 30 ans, sont d'avis qu'il faudrait les remettre.

« Peut-être que cela aurait permis de sauver une vie, s'il y avait un panneau ici », souligne Rick Charlebois, le propriétaire du restaurant « The Point ».

« Moi je trouve, avec toutes les années que je suis ici, il devrait au moins le samedi et dimanche avoir un sauveteur », va même plus loin Maurice Prud'homme.

Pas une plage publique

Le conseiller du quartier, Eli El-Chantiry, confirme qu'une signalisation existait, mais il est incapable de dire depuis quand elle n'est plus en place parce qu'aucune déclaration n'a été effectuée à la Ville après sa disparition.

« Les panneaux ne sont plus là. Alors il faut qu'on les remette », indique-t-il, persuadé que c'est la meilleure solution pour rendre les lieux sécuritaires, plus que l'ajout de sauveteurs.

Car si les 6 km de la plage de Constance Bay appartiennent à la Ville d'Ottawa, ce n'est pas pour autant une plage publique municipale, au même titre que celles de Britannia ou de l'île Pétrie. De ce fait, elle ne bénéficie pas de surveillance d'employés municipaux et d'équipements comme des bouées de sauvetage.

« Ce n'est pas une plage pour nager. Quand les gens viennent ici, ils savent qu'ils sont livrés à eux même », croit M. El-Chantiry.

Selon ce dernier, la noyade survenue samedi est la quatrième à être survenue en 20 ans.

D'après un reportage d'Andréanne Apablaza

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine