Retour

Autre manifestation à Ottawa pour le logement social et la lutte à la pauvreté

Des centaines de personnes se sont rassemblées, cet après-midi au centre-ville d'Ottawa, pour rappeler au premier ministre Justin Trudeau ses engagements en matière de logement social et de lutte à la pauvreté.

Les participants se sont réunis au parc de la Confédération vers 13 h. Ils ont ensuite pris la direction du bureau du premier ministre, à l'Édifice Langevin, rue Wellington.

Une initiative du FRAPRU

Cette manifestation était organisée par le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) et le Réseau Solidarité Itinérance du Québec (RSIQ). D'ailleurs des délégations provenant d'un peu partout dans la province ont pris part au cortège.

L'événement s'inscrivait dans le cadre de la journée canadienne de l'habitation et coïncide avec la mise à jour économique du gouvernement fédéral.

Attendant des « gestes très rapides du gouvernement », le FRAPRU et le RSIQ citent notamment « la fin des subventions aux logements sociaux existants qui sera une réalité pour 25 100 appartements au Canada d'ici la fin de 2015 . C'est aussi le cas des orientations de la Stratégie des partenariats de lutte à l'itinérance (SPLI) qui doivent être modifiées, dans les plus brefs délais », peut-on lire dans leur communiqué.

Confirmer les engagements

Durant la campagne électorale, les libéraux ont notamment pris l'engagement de maintenir le financement du parc de logement social existant.

« Par contre [...] il n'y a pas eu de précision en terme de chiffres. On s'est limité à nous dire que ces engagements seraient pris à même le budget d'infrastructures sociales », souligne le coordonnateur de Logemen'occupe, François Roy, qui sera de la manifestation.

Les organismes demandent la confirmation des sommes affectées au maintien du parc de logement social, soit au moins 2 milliards de dollars pour l'ensemble du Canada.

De plus, ils souhaitent qu'Ottawa « injecte des sommes importantes pour assurer le développement de logement social dans l'ensemble du Canada, parce que les besoins sont énormes [...] et pour la lutte à l'itinérance. Les budgets qui ont été affectés n'ont pas été bonifiés et indexés depuis le début des années 2000 », précise M. Roy.

Plus d'articles

Commentaires