Retour

Avec sa nouvelle application, Capital Taxi espère faire de l'ombre à Uber

La compagnie de taxi d'Ottawa Capital Taxi a officiellement lancé son application mobile ce lundi. C'est une façon, selon son président, de s'adapter à une industrie changeante. Cette nouvelle stratégie sera-t-elle suffisante pour faire face à Uber?

Un texte de Yasmine Mehdi

« On réalise que la compétition existe et que c'est le temps que l'industrie change », a commencé par expliquer le président de Capital Taxi, Marc-André Way.

C'est l'an dernier, alors que la controverse Uber battait son plein à Ottawa, que la compagnie a pris la décision de lancer une application mobile.

M. Way n'a pas souhaité divulguer le coût de ce projet, mais a avancé qu'il s'agissait « d'investissements substantiels » évalués à plusieurs millions de dollars.

Les fonctionnalités proposées par Capital Taxi ressemblent beaucoup à celles qui ont fait le succès de la multinationale américaine : trajet affiché sur une carte en temps réel, choix du véhicule et possibilité de contacter le chauffeur à travers l'application.

Capital Taxi offre néanmoins la possibilité à ses clients de payer comptant, en plus de leur permettre de réserver un taxi jusqu'à une semaine à l'avance, deux options qui font défaut à Uber.

Malgré la similitude entre les deux applications, le président de Capital Taxi nie que son entreprise se soit inspirée du modèle Uber. « On a fait nos focus groups nous-mêmes. On s'est basé sur ce que les gens veulent avoir comme options. C'est comme ça qu'on a bâti notre application », a-t-il affirmé.

M. Way se dit encore déçu de la façon « extrêmement injuste » dont la Ville d'Ottawa a traité le dossier Uber. « Au début, Uber a fait les choses d'une façon complètement illégale, ils se sont imposés sans suivre les règlements », a-t-il dénoncé.

Même son de cloche du côté du président du syndicat des conducteurs de Capital Taxi, George Chamoun. « Nous n'avons pas l'impression d'avoir été traités de façon juste », s'est-il souvenu. « Je veux prouver à la Ville d'Ottawa et à ses citoyens que nous sommes la meilleure équipe pour les servir. »

Du côté d'Uber, l'inquiétude de voir la compétition gagner du terrain ne semble pas au rendez-vous. Un porte-parole d'Uber Canada, Xavier Van Chau, a en effet salué « l'alternative à la possession d'automobile, qui améliore la mobilité urbaine dans nos villes » que propose Capital Taxi avec son application.

De plus en plus de chauffeurs penchent pour Uber

En octobre dernier, la Ville d'Ottawa confirmait qu'il y avait 1528 chauffeurs d'Uber et 2538 chauffeurs de taxi enregistrés.

Huit mois plus tard, ces chiffres sont respectivement passés à environ 3300 et à 2044, selon la conseillère stratégique au service des règlements de la Ville d'Ottawa, Christine Hartig.

Pour le conseiller municipal de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, ces chiffres démontrent l'engouement pour le modèle Uber et la nécessité pour l'industrie du taxi de s'ajuster.

« C'est une technologie qui dérange, mais qui force l'industrie du taxi et la Ville a changé leurs pratiques », a-t-il conclu.

Plus d'articles

Commentaires