Retour

Baisse d’achalandage et de revenus à prévoir en 2015 pour OC Transpo

Le transporteur public ottavien s'attend à enregistrer un déficit d'un peu plus de 11 millions de dollars d'ici la fin de l'année 2015. L'achalandage est aussi légèrement en baisse comparativement à 2014.

La direction d'OC Transpo rapporte, lundi, que la société de transport se dirige vers un déficit de 11,5 millions de dollars. Ce montant équivaut à 4,6 % du budget annuel de l'organisme.

Selon les responsables d'OC Transpo, ces pertes s'expliquent entre autres par des réclamations d'assurances élevées, des coûts d'entretien à la hausse pour les autobus articulés, un hiver très froid, qui a mobilisé plus des ressources, et une baisse des revenus provenant de la vente aux usagers.

L'achalandage a connu une légère baisse au cours des deux dernières années, passant de 97,81 millions de passagers en 2014 à 97,08 millions de passagers en 2015.

Ceci se traduit par une baisse de revenus de 1,3 %, laquelle devrait être partiellement compensée par une hausse des recettes publicitaires.

La direction d'OC Transpo note qu'ailleurs au pays, plusieurs sociétés de transports en commun expérimentent le même phénomène d'érosion de leur achalandage.

Comment attirer plus de voyageurs

Le conseiller du quartier Knoxdale-Merivale, Keith Egli, a proposé de mettre en place des journées d'essais gratuits ou d'embaucher des célébrités qui pourraient agir comme ambassadeurs afin de créer un plus grand engouement du public.

« Le meilleur incitatif est de garder les tarifs aussi bas que possible », croit pour sa part Blair Crew, l'un des membres de la Commission du transport en commun de la Ville d'Ottawa.

Le directeur général d'OC Transpo, John Manconi, a quant à lui rétorqué que plusieurs pistes avaient été explorées, mais qu'aucune ne garantissait un redressement durable de l'achalandage.

Selon lui, « quelque chose a changé », parce qu'il constate que l'outil de modélisation, qui permettait de prévoir l'achalandage, n'est plus aussi précis qu'avant.

Plus précisément, depuis 2012, cet outil s'avère moins fiable et l'écart entre la réalité et les prévisions ne fait que s'accroître.

Les spécialistes d'OC Transpo soupçonnent que la redistribution des emplois de la fonction publique fédérale hors du centre-ville serait responsable de cette situation.

Les solutions mises en oeuvre

Afin de rééquilibrer ses comptes, OC Transpo transférera 7,7 millions de dollars de son fonds d'immobilisation vers son fonds de réserve.

Des fonds de réserve pourraient être utilisés pour combler le déficit restant, s'il y a lieu.

Cette stratégie comprend aussi un gel des embauches pour les postes, qui ne sont pas en première ligne.

D'après le conseiller du quartier de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, OC Transpo doit se questionner à savoir si l'entreprise récupère assez d'argent du marketing ou des publicités, par exemple. Selon lui, ces aspects pourraient être améliorés.

Les dirigeants d'OC Transpo tablent en outre sur la suppression de cinq postes à la direction et sur la réduction des dépenses discrétionnaires.

Plus d'articles

Commentaires