Retour

Benjamin Gaillard et son fils meurent dans un accident de la route aux États-Unis

Bien connu dans le milieu théâtral et artistique d'Ottawa, celui qui était le coordonnateur de la programmation de Théâtre Action, Benjamin Gaillard, est mort dans un accident de la route survenu en Pennsylvanie, mercredi.

Sa voiture a été emboutie par un semi-remorque dans la municipalité du comté de Scott, en Pennsylvanie, sur l'autoroute 81 en direction nord.

Son fils de 10 ans a lui aussi péri dans l'accident, selon un rapport des policiers de l'État de Pennsylvanie dont Radio-Canada a obtenu copie.

Sa conjointe, elle aussi bien connue dans le milieu artistique, ainsi que leur fille, se trouvent dans un état stable à l'hôpital.

Selon un média local, le Times-Tribune, la famille de Gatineau revenait d'un périple en Floride au moment du drame. Les policiers indiquent que la voiture de Benjamin Gaillard s'est immobilisée en raison d'un autre accident. Pour une raison inconnue, le camion lourd, conduit par un Québécois, ne s'est pas arrêté à temps.

Benjamin Gaillard était actif dans le milieu théâtral franco-ontarien depuis une vingtaine d'années.  Il était notamment comédien, metteur en scène, auteur, infographiste et photographe. Au fil des ans, M. Gaillard a contribué à plusieurs projets culturels dans la région.

Il était diplômé en théâtre et en philosophie à l'Université d'Ottawa.

Le monde du théâtre sous le choc

La nouvelle ébranle le milieu artistique d'Ottawa et de Gatineau. Par communiqué, l’employeur de Benjamin Gaillard, Théâtre Action, a voulu lui rendre hommage.

« Benjamin était l’une des plus belles personnes qu’il m’a été donné de connaître », soutient la directrice générale de l’organisation, Marie Ève Chassé.

« Sur le terrain, dans les projets tels que notre festival scolaire, il donnait l’impression d’avoir le don d’ubiquité, toujours à l’affût, souriant, avenant, et ce avec une touche d’humour pour détendre l’atmosphère », poursuit-elle.

Sous le choc, l'amie de longue date et directrice artistique du Théâtre de l'île, Sylvie Dufour, raconte dans une note être « sans voix devant cette tragédie ».

« Je l’ai dirigé à de nombreuses reprises et c’était toujours un plaisir de travailler avec lui », poursuit la directrice artistique du Théâtre de l'île.

« Sa rigueur et sa capacité de se transformer, sa très grande gentillesse, tout ça faisait de lui un camarade formidable. Toute la communauté théâtrale est en deuil des deux côtés de la rivière aujourd’hui. »

Plus d'articles