Retour

Benoît Groulx reste à Gatineau... pour l'instant

Benoît Groulx a donné des impressions de jour de la marmotte alors qu'il a, une nouvelle fois, fait le point sur son avenir.

Comme l'an dernier, il a avoué qu'il souhaite faire le saut chez les professionnels et qu'il serait à l'écoute s'il devait recevoir une offre intéressante.

« Ce n'est pas un secret que je veux un jour être dans la Ligue nationale, affirme Groulx, mais il me reste quatre ans à mon contrat et, pour l'instant, je ne m'en vais nulle part. Si je reste à Gatineau, je vais faire mon travail sérieusement comme je le fais à chaque année ».

L'entraîneur le plus titré de la LHJMQ a aussi profité de son bilan de saison pour faire taire les rumeurs qui l'envoient ailleurs dans la Ligue junior majeure.

« Je n'irai pas coacher à Halifax ou Baie-Comeau. Tant que je serai dans la LHJMQ, je resterai à Gatineau », a conclu l'entraîneur qui a dirigé les Olympiques dans plus de 12 saisons.

Élimination face aux Wildcats

L'entraîneur et directeur général des Olympiques de Gatineau a été extrêmement volubile, mercredi, au moment de faire le bilan de la saison de son équipe. Benoît Groulx a parlé pendant plus d'une heure en conférence de presse pour donner ses impressions sur son équipe et l'élimination de la formation en quart de finales face aux Wildcats.

Le Gatinois a d'abord souligné à quel point son équipe a dépassé toute ses attentes en saison avec une récolte de 95 points et le 5e rang dans la Ligue de hockey junior majeure du Québec (LHJMQ).

Benoît Groulx a rappelé l'importance pour son équipe du Russe Vitalii Abramov, qui a reçu le titre de recrue offensive de l'année, et du gardien Mathieu Bellemare, recrue défensive de l'année, qui a accordé le moins de buts dans la LHJMQ cette saison, avec l'aide de Mark Grametbauer et appuyée par une solide défensive.

« Nous avions la meilleure défensive en désavantage numérique que j'ai vu pendant mes années à Gatineau », a mentionné l'entraîneur.

Les choses se sont toutefois un peu gâtées lors des séries éliminatoires et la franchise n'a pas été en mesure d'aller au loin qu'elle croyait pouvoir le faire. Les Olympiques ont été éliminés en six matchs par les Wildcats de Moncton.

« La perte de Yakov Trenin nous a aidé à court terme, parce que les joueurs se sont regroupés. Mais, à partir du match numéro 4, l'absence d'un cheval au centre nous a nui, selon Groulx. Nous n'avons jamais été en mesure de nous remettre de la débandade, à Moncton, quand on a laissé 5 buts en 3e période du match numéro 5 ».

Avenir de l'équipe

Les Olympiques ont encore une équipe jeune et Benoît Groulx voit l'avenir avec optimisme à Gatineau. Il rappelle qu'au moins 18 joueurs seront de retour l'an prochain et que la direction aura des décisions difficiles à prendre, notamment quels joueurs de 20 ans vont rester à Gatineau.

Le travail devant le filet ne devrait pas causer de problèmes avec deux des meilleurs gardiens de la LHJMQ. « Il faudra même se pencher sur la possibilité d'échanger un des deux gardiens pour obtenir du renfort à d'autres positions », selon l'entraîneur.

Benoît Groulx a confiance en plusieurs jeunes qui prendront plus de responsabilités l'an prochain parmi lesquels Anthony Gagnon, Jeffrey Duroche et Vincent Milot-Ouellet. La perte des trois joueurs de 20 ans et du capitaine Alexandre Carrier laissera toutefois de grands trous.

Le numéro 8, qui a passé les quatre dernières saisons avec les Olympiques, vient de s'envoler pour Milwaukee, où il jouera avec le club-école des Prédateurs de Nashville. « Carrier a été un grand compétiteur. Je ne me souviens pas qu'il m'ait déjà déçu dans un match important », a lancé Benoît Groulx, admiratif.

Plus d'articles

Commentaires