Pour la première fois en neuf ans, l'Alliance pour mettre un terme à l'itinérance dans la capitale constate qu'en moyenne, un itinérant a passé, l'an dernier, moins de nuits dans un centre d'hébergement d'urgence, qu'en 2014. Ce nombre est passé de 78 jours en 2014, à 73 jours en 2015.

Toutefois, l'organisme constate que le nombre de gens qui séjournent dans un centre d'hébergement d'urgence continue de croître.

Ces gens étaient 4,9 % plus nombreux à séjourner dans un centre d'hébergement d'urgence en 2015 qu'en 2014 (6825 personnes en 2015 comparativement à 6508 personnes en 2014).

L'itinérance familiale est en hausse

Cette augmentation est presque entièrement attribuable à une hausse du nombre de familles en situation d'itinérance.

Une proportion appréciable (38,6 %) de tous les clients des refuges en 2015 étaient membres d'une famille sans-abri.

C'est une augmentation de 10,8 % par rapport à 2014.

Baisse de la construction de logements abordables

L'Alliance pour mettre un terme à l'itinérance dans la capitale déplore que seulement 46 nouveaux logements abordables aient été créés en 2015.

Il s'agit du nombre le plus bas en 10 ans.

L'organisme souligne que le manque d'investissement dans ce secteur par les trois paliers de gouvernement est l'un des facteurs. L'autre, c'est que certains projets de construction ont connu des retards et n'ont pas ouvert comme prévu.

Environ 10 000 personnes attendent présentement une place dans un logement subventionné à Ottawa.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine