Comme les aléas du climat, le bilan du 38e Bal de neige, qui s'est terminé lundi à Ottawa et à Gatineau, est partagé. Malgré tout, les organisateurs affirment que les citoyens de la région et les touristes ont été au rendez-vous.

Si le froid sibérien a marqué l'édition de l'an dernier, ce sont les extrêmes qui ont donné le ton à l'évènement cette année. Du temps très clément au lancement et un climat arctique pour terminer.

Mais les répercussions sur les activités ont été limitées, selon Anne Tanguay de Patrimoine canadien, qui chapeaute l'évènement.

« La seule fois, pour cause de froid extrême, on a dû fermer le parc Jacques-Cartier et on a dû annuler le concert au parc de la Confédération », rappelle-t-elle.

De son côté, Jack Stewart prépare de la tire d'érable depuis trois ans au Bal de neige. Il estime que le froid est une notion bien relative.

« Peut-être que samedi et dimanche derniers étaient les plus froids que j'ai connus. Mais en réalité, l'année passée, c'était plus froid tout le temps », observe-t-il.

Par contraste, le temps trop clément au lancement du Bal de neige a provoqué la fermeture temporaire de la patinoire du canal Rideau, mais a amené plus de spectateurs à certains spectacles.

Patrimoine canadien a procédé à un sondage des visiteurs pour évaluer la participation aux divers sites. Les résultats devraient être disponibles sous peu.

D'après le reportage de Stéphane Leclerc

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité