Retour

Budget 2018 : l'heure des choix sonne pour les maires des CUPR

Dans l'Est ontarien, les maires des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) ont eu droit, mercredi, à une version préliminaire du budget en vue de la prochaine année.

Un texte de Denis Babin

À l’heure actuelle, une hausse de taxes de 5,4 % à l’échelle des CUPR serait nécessaire pour maintenir toutes les priorités établies par les membres du conseil au cours de la dernière année.

« Une propriété typique dans Prescott et Russell a une valeur de 256 878 $. Donc, pour une propriété typique, l’augmentation de taxes serait de 55,76 $ », a indiqué la trésorière des CUPR, Julie Ménard-Brault.

L’idée d’imposer une telle hausse aux contribuables met le maire de la Cité de Clarence-Rockland, Guy Desjardins, dans tous ses états.

« Jamais je ne vais approuver 5,4 % d’augmentation de taxes. Je n’irai pas plus haut que 2 %. Si c’est plus haut que 2 %, je vais voter contre le budget », a-t-il lancé à ses collègues.

Selon le maire de Russell, Pierre Leroux, les CUPR payent aujourd’hui pour les années où le taux de taxation a été gelé par les conseils précédents.

« Au cours des 10 dernières années, si nous avions adopté de petites hausses de taxes annuellement, nous n’en saurions pas là aujourd’hui », a dit ce dernier.

Des sacrifices à l'horizon

Pour la plupart des élus, une augmentation de taxes de 3,5 % serait plus facile à digérer. Toutefois, ces derniers devront consentir à certains sacrifices pour arriver à leurs fins.

« Pour passer de 5,4 % à 3,5 %, il va falloir couper 800 000$ », a expliqué le directeur général des CUPR, Stéphane Parisien.

Mais où puiser les 800 000 $ nécessaires pour atteindre l’équilibre budgétaire? Différents scénarios s’offrent aux maires.

Une partie du montant pourrait, entre autres, provenir de la subvention de 2 millions de dollars octroyée annuellement depuis 2015 par les CUPR aux municipalités pour le renouvellement de leurs infrastructures.

Une partie des revenus liés aux infractions provinciales que se partagent les huit municipalités des CUPR pourrait être mise à contribution.

Le conseil pourrait également choisir de piger dans les montants alloués à différents organismes.

Dans une moindre mesure, les élus pourraient reporter à plus tard l’augmentation de l’allocation pour leurs frais de représentation, qui doit passer de 4000 $ à 6000 $ l’an prochain.

« Déshabiller Pierre pour habiller Paul »

C’est sans compter que les CUPR prévoient mettre de côté 1 million de dollars pour deux projets d’envergure : la construction d’une nouvelle résidence de soins de longue durée et l’élargissement de la route de comté 17 dans la cité de Clarence-Rockland.

« J’irais chercher 1 million de dollars dans la réserve [fonds de roulement] », a suggéré le maire de Casselman, Conrad Lamadeleine.

Pour le directeur général des CUPR, cette manœuvre équivaudrait à « déshabiller Pierre pour habiller Paul ».

« S’il y a une chose que tu ne veux pas faire dans ton administration municipale, c’est de toucher à ton fonds de roulement. Tu le gardes en cas de catastrophe », a ajouté M. Parisien à propos de la réserve, qui contient environ 9 millions de dollars.

La version finale du budget doit être adoptée à la fin du mois de novembre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine