Retour

Budget provincial : des mesures sociales espérées à Gatineau

Le gouvernement de Philippe Couillard déposera mardi son dernier budget avant l'élection provinciale d'octobre 2018. Des mesures sociales sont très attendues par des organismes communautaires à Gatineau.

Cindy Jalbert, directrice générale de la Table de concertation des organismes communautaires de l'Outaouais (TROCAO) estime que le manque de financement en santé a des répercussions importantes sur les organismes de la région.

« On espère qu'il y aura des investissements dans la santé et les services sociaux, mais aussi dans les CISSS (centres intégrés de santé et de services sociaux), les services publics aussi. Pas uniquement dans les groupes communautaires, parce que tout ce qui rebondit dans la structure - là on entend plus récemment les infirmières lancer le cri d'alerte - ça refoule chez nous », a expliqué Mme Jalbert.

Des mesures pour le transport collectif et la construction de logements sont aussi espérées. L'année dernière, Québec s'était engagé à verser 308 millions de dollars additionnels pour le développement du transport collectif pour les cinq prochaines années.

De l'argent pour les infrastructures?

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, souhaite pour sa part du financement pour les infrastructures ainsi que pour atténuer l'impact de la vente de cannabis.

« En s'attaquant de façon stratégique aux enjeux de transport collectif et de logement, on vient directement aider des familles, des aînés et des personnes fragilisées. La réalité, c'est que les deux plus importants postes de dépenses des ménages sont le logement et le transport », a fait savoir le maire par voie de communiqué.

Il demande aussi à ce que « les Villes puissent recevoir le tiers des revenus fiscaux perçus par le gouvernement afin que la promesse fédérale de légaliser le cannabis ne se transforme pas en taxe municipale pour les citoyens ».

Par ailleurs, il regrette que le gouvernement provincial « ne paie qu’entre 65 % et 85 % des taxes foncières qu’il devrait payer pour refléter les services que ses édifices reçoivent sur tout le territoire gatinois ».

« Si le gouvernement du Québec payait sa juste part des services municipaux, c’est 4 millions de dollars annuellement qui entreraient dans les coffres de la ville », conclut le communiqué de la Ville de Gatineau.

Avec les informations de Gilles Taillon

Plus d'articles