Retour

Caméras de surveillance dans les autobus : OC Transpo sonde le public

OC Transpo souhaite tripler le nombre de caméras de surveillance installées dans ses autobus et dans ses stations, afin d'y prévenir les crimes. C'est pourquoi il lance, lundi, des consultations publiques pour obtenir de l'avis des usagers sur cette question.

La société de transport veut installer plus de 1200 caméras de sécurité sur son nouveau réseau, en prévision du lancement de la Ligne de la Confédération du train léger sur rails, en 2018. Le réseau actuel en compte 400.

À partir d'aujourd'hui, les usagers peuvent donc faire part de leurs commentaires sur l'expansion du système de surveillance, et ce, en ligne ou en personne à un centre de service jusqu'au 31 mai.

Des craintes

Tous les nouveaux autobus de la flotte d'OC Transpo sont maintenant équipés de quatre à huit caméras de sécurité.

Cette situation soulève des inquiétudes pour certains passagers et chauffeurs. C'est le cas d'Abdi Ali, chauffeur depuis neuf ans pour OC Transpo, qui craint pour sa vie privée. Il explique qu'il reste parfois dans son véhicule lors de ses pauses et craint de ne plus avoir d'intimité, puisqu'il sera constamment filmé.

Le syndicat des chauffeurs précise par ailleurs qu'il refuse que ces caméras soient utilisées à des fins de discipline pour les chauffeurs.

Agressions, menaces et actions indécentes

Plus de 900 incidents ont été rapportés l'an dernier à l'équipe, qui applique les lois sur le transport en commun chez OC Transpo, selon des données obtenues par CBC grâce à une demande d'accès à l'information.

Les crimes survenus dans les autobus et les stations d'OC Transpo ont augmenté de 8 % en 2015, comparativement à l'année précédente, mais la société de transport a connu pire dans les récentes années. Depuis 2011, plus de 5000 incidents ont été rapportés.

Les crimes contre des propriétés d'OC Transpo - fraude, méfaits et vols- figurent parmi les infractions les plus fréquentes, avec plus de 2000 incidents répertoriés depuis 2011.

Les crimes contre la personne - contre des chauffeurs ou des passagers - arrivent en deuxième place des infractions les plus fréquentes, totalisant 1483 incidents en cinq ans. Ces agressions, menaces et actions indécentes ont mené à plus de 400 arrestations depuis 2011, selon les documents.

Cette année, une douzaine d'incidents reliés à des gens transportant une arme à feu ont également été signalés. Une vingtaine d'incidents impliquant des personnes armées d'un couteau ont aussi été répertoriés.

Onze personnes ont signalé des incidents impliquant des gens se masturbant dans des autobus ou à des stations.

Pas de réduction des crimes, mais des arrestations

Pour le conseiller municipal Stephen Blais, le service d'autobus d'OC Transpo est sécuritaire.

« Nous vivons dans une grande ville et OC Transpo transporte des centaines de milliers de personnes chaque année. Malheureusement, certaines personnes se comportent mal et commettent des crimes [traduction libre] », souligne-t-il.

Il admet qu'il est parfois difficile de prévenir les crimes, mais il croit qu'il est important d'avoir les ressources nécessaires pour traduire les malfaiteurs en justice.

Selon le professeur de criminologie Irvin Waller, de l'Université d'Ottawa, des études montrent que des caméras fixes installées dans les rues ne contribuent pas à la réduction des infractions.

« Les gens font des choses stupides sans penser s'ils sont observés ou qu'ils se feront prendre. C'est certainement vrai pour les personnes qui sont intoxiquées par l'alcool [traduction libre] », soutient-il.

Les caméras permettront toutefois aux policiers de faire des arrestations et de porter des accusations, souligne le professeur.

D'après CBC

Plus d'articles

Commentaires