Retour

Campus d’Alfred : des discussions positives, mais prudentes

Un vingtaine de personne ont participé à une réunion de deux heures jeudi soir à Alfred au sujet d'un plan d'affaires visant la survie à long terme du campus.

Le député provincial de Glengarry-Prescott-Russell, Grant Crack, faisait partie du groupe, tout comme Lise Bourgeois, présidente de La Cité, et Gary Barton, président des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR).

Le consultant Christopher Rees, qui a réalisé le plan d’affaires pour le compte des cinq partenaires régionaux à la tête du projet, a qualifié la rencontre de « très positive ».

« Je crois qu’il y avait beaucoup de bonne volonté de la part de tous les participants. Ils s’entendent que le projet est important pour la région », a commenté le consultant.

Selon le plan d’affaires, les cinq partenaires impliqués, à savoir la Société de développement communautaire de Prescott et Russell (SDCPR), le Collège La Cité, l’Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO), les CUPR et l’Académie entrepreneuriale, obtiendraient le campus à titre gratuit.

Le site est composé essentiellement de 13 bâtisses et d’environ 140 hectares de terres agricoles réparties sur cinq parcelles.

Justement, les travaux nécessaires à la cure immobilière du campus a fait partie des points qui ont été soulevés durant la rencontre.

Le dernier rapport faisant état des installations date de 2010.

On veut savoir quel est l’état actuel des bâtiments. Ça serait bon d’avoir une étude spécifique là-dessus.

Christopher Rees, consultant

« Nous avons demandé à la province de faire ça pour nous, pour le projet », a ajouté Christopher Rees.

La prudence est de mise

Présente à la rencontre, la conseillère spéciale nommée par la première ministre ontarienne Kathleen Wynne, Karen Pitre a fait preuve de prudence.

« Nous n’avons rien à annoncer pour l’instant », a indiqué la responsable du dossier des carrefours communautaires depuis mars 2015. « Nous essayons de trouver la meilleure façon de réaliser ce projet. Chose certaine, tout le monde s’est engagé à travailler ensemble ».

Son équipe procède présentement à l’inventaire et la vente d’édifices publics qui sont sous-utilisés ou excédentaires.

À travers la province, le campus d’Alfred fait assurément partie des propriétés parmi les plus complexes à aliéner.

Nous pilotons environ 135 projets présentement, le site d’Alfred fait partie des nos tâches les plus lourdes

Karen Pitre, conseillère spéciale

Un échéancier « ambitieux »

Et qu'en est-il de l’échéancier proposé dans le plan d’affaires qui prévoit le transfert des infrastructures et de la propriété aux intérêts locaux d’ici le mois de juillet?

« C’est un échéancier très ambitieux, nous voulons un plan d’action solide pour ce site-là », a expliqué Karen Pitre. « Nous ne voulons pas arriver et dire : "Voici la propriété. Elle vous appartient. Maintenant, arrangez-vous avec". Former des partenariats comme celui-là, ça prend du temps ».

Il n’en demeure pas moins que Christopher Rees espère toujours avoir de bonnes nouvelles à annoncer lors du Sommet agricole de Prescott et Russell qui aura lieu au mois de mars.

« Il y a beaucoup de personnes qui ont besoin de savoir que le projet est sur les rails, que nous tenons des dates assez précises », a conclu le consultant.

Avec les informations du journaliste Denis Babin

Plus d'articles

Commentaires