La chaleur et soleil qui a brillé au cours des derniers jours ont permis au million de tulipes de la capitale nationale de fleurir, et ce, au grand bonheur des nombreux visiteurs, mais aussi des organisateurs du Festival canadien des tulipes. En 66 ans d'histoire, ces derniers ont dû composer avec les soubresauts de la météo plus souvent qu'à leur tour. Regard dans le rétroviseur avec le directeur général du festival, Michel Gauthier.

Un texte de Chantal Plouffe pour l'émission Sur le vif

Au début des années 1970, la royauté hollandaise était de passage dans la capitale nationale comme elle le fait environ à tous les cinq ans pour souligner l’anniversaire du don de bulbes de tulipes par la famille royale hollandaise au Canada.

Panique! À ce moment, les tulipes n’étaient pas en fleur.

Les températures du mois de mai ont été de 4°C inférieures aux normales saisonnières, ce qui amène les membres du conseil d’administration du Festival canadien des tulipes à changer le nom de l’événement. Ainsi, de 1975 jusqu’à la fin des années 1980, le rendez-vous annuel s’est appelé le Festival du printemps.

En 1996, pour mettre en valeur la culture de la tulipe française, le festival invite une délégation européenne responsable de la célèbre Bataille de fleurs, une tradition du Carnaval de Nice.

Pour l'occasion, les invités français ont aménagé un jardin, longeant la promenade des Anglais, sous le thème de la côte d’Azur.

En effet, près de 40 millimètres de pluie sont tombés les 10, 11 et 12 mai, soit l’équivalent d’un mois de précipitations.

La pluie s’est même transformée en neige. Le 12 mai, ce sont quelque 5 centimètres de neige qui se sont accumulés au sol.

L’année suivante, on invite les Japonais responsables du festival des tulipes de Tonami.

En 1989, les organisateurs décident de quitter le parc Major's Hill pour s’installer à proximité des tulipes, tout près du lac Dow et du parc des Commissaires. Or, cette année-là, il y a eu beaucoup de pluie.

Les organisateurs se sont inquiétés à deux reprises cette année : au mois de février, lorsque les températures ont grimpé, et en avril, en voyant que le froid demeurait.

Heureusement, la météo étant ce qu'elle est, le soleil et la chaleur sont revenus en force juste à temps pour que les tulipes dévoilent leur couleur pour une 66e année.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine