Retour

CARTE - Est-ce qu'il y a eu une entrée par effraction près de chez vous?

À Ottawa, le nombre d'entrées par effraction dans une résidence connaît une hausse fulgurante. Radio-Canada a appris que, lors des six premiers mois de l'année 2016, ce type de crime a connu une croissance de près de 88 % au centre de la ville, comparativement à l'année dernière. Constat complètement différent de l'autre côté de la rivière, où les cas sont à la baisse.

Un texte de Jérôme Bergeron

Le nombre d'introductions par effraction dans des résidences de la capitale a augmenté de 11 % entre 2014 et 2015. Un renversement de la tendance, alors que ces crimes étaient en diminution depuis plusieurs années, selon Statistique Canada.

Y a-t-il eu une entrée par effraction dans votre quartier? Voyez où ces braquages à domicile ont eu lieu en 2015 et pour les cinq premiers mois de 2016.

Nombre d'entrées par effraction dans une résidence

Le sergent de la division des entrées par effraction du Service de police d'Ottawa (SPO), Daniel Bergeron, indique que les quartiers du centre-ville de la capitale et de Rideau-Vanier sont les plus ciblés par les malfaiteurs.

Sans vouloir tirer la sonnette d'alarme, il soutient que les policiers sont appelés à enquêter sur beaucoup plus de dossiers que d'habitude.

L'enquêteur souligne que ces vols se passent très rapidement et que les bandits ne s'emparent que de quelques objets qui se trouvent près de leur point d'entrée.

Une hausse « étonnante »

Le professeur en criminologie de l'Université d'Ottawa Ronald Melchers étudie la question depuis plusieurs années. Selon lui, cette hausse sort de la norme.

« C'est le crime qui décline le plus rapidement de toutes les infractions enregistrées par la police », ajoute-t-il.

Il s'explique mal la teneur de ces chiffres et pose un sérieux doute sur les rapports obtenus par Radio-Canada.

Après tout, selon Statistique Canada, Ottawa était la deuxième ville au pays comptant le moins de crimes contre la propriété en 2014, derrière Barrie.

Quartiers défavorisés

Selon les documents obtenus par la Loi sur l'accès à l'information, la majorité des rues où les braquages à domicile sont les plus récurrents sont situées dans des quartiers un peu plus défavorisés, tant du côté d'Ottawa que de Gatineau.

« [Les crimes] sont beaucoup plus concentrés là où il y a un parc à logements locatifs, où l'on va moins investir dans l'endurcissement de la cible », indique le professeur en criminologie.

Le cas Gatineau

Portrait moins sombre de l'autre côté de la rivière. Selon les données du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG), le nombre d'entrées par effraction dans une résidence a chuté de 23 % entre 2014 et 2015.

Et la tendance serait à la baisse pour 2016 également, selon le porte-parole du SPVG, Jean-Paul Lemay.

« Il n'y a rien d'alarmant depuis quelques semaines. Ça varie entre 5 et 15 cas par semaine. »

Comment éviter d'être la cible d'un malfaiteur?

Les policiers des deux côtés de la rivière s'entendent sur une chose : c'est un crime qui a tendance à augmenter en été.

Les sommets sont souvent atteints au mois de juillet et d'août, puisque les fenêtres sont grandes ouvertes pour laisser circuler l'air et les résidents, parfois, sont moins vigilants.

Daniel Bergeron du SPO et Jean-Paul Lemay du SPVG nous donnent quelques trucs pour être plus vigilants.

Les policiers analysent constamment ce type de crime, afin de brosser un portrait du voleur et identifier sa signature.

« Ça nous informe sur le type de personne auquel on fait face et le moment où l'on devrait privilégier notre enquête dans le secteur », affirme le sergent du SPO, Daniel Bergeron.

Les agents ajoutent qu'une diminution du crime est souvent constatée dans un secteur lorsqu'ils mettent le grappin sur un malfaiteur.

À Gatineau, le programme Prévol offre également des mises à jour hebdomadaires aux résidents sur le nombre d'entrées par effraction dans leur secteur et le modus operandi des criminels. Des informations qui permettent aux citoyens de redoubler de prudence.

Avec la collaboration de Marie-Eve Potvin

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine