Retour

Catherine McKenna en visite en France pour préparer le sommet sur le climat

Cinq jours après son assermentation, la ministre fédérale de l'Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, est arrivée en France pour préparer avec ses collègues d'autres pays la Conférence de Paris sur le climat.

La ministre, et députée d'Ottawa-Centre, entend faire valoir le souhait du Canada de jouer un rôle « influent et positif » dans sa collaboration avec les autres pays en vue de conclure un accord « efficace » sur la lutte aux changements climatiques.

Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères et du Développement international, est l'hôte de cette réunion, dont les discussions porteront sur les principaux enjeux et un éventuel terrain d'entente.

Catherine McKenna doit d'ailleurs s'entretenir en privé avec M. Fabius.

Engagement du Canada sur le climat: pas avant la Conférence de Paris

Durant trois jours à compter d'aujourd'hui, 60 ministres, issus des pays qui participeront aux négociations de Paris, s'efforceront de réduire leurs divergences, encore nombreuses.

Ottawa entend présenter de nouveaux engagements de réduction de gaz à effets de serre au cours des prochains mois. Mais selon la nouvelle ministre de l'Environnement et des Changements climatiques, Catherine McKenna, les détails ne pourront pas être mis en place avant la tenue du Sommet de Paris qui se tient dans trois semaines.

La ministre ne donne que très peu d'indications sur les seuils que le pays devra atteindre.

Quant à la question des sables bitumineux, Catherine McKenna reconnaît que l'industrie vient de subir un revers avec le rejet du président américain Barack Obama du pipeline Keystone XL.

La ministre croit être en mesure d'obtenir une nouvelle collaboration avec le gouvernement albertain. Sans trop donner de détails encore une fois, elle s'en remet à des consultations à venir.

« On va avoir un plus grand investissement dans l'infrastructure verte et on doit faire ça tout partout au pays, en Alberta, c'est certain, et on va trouver des solutions », affirme Catherine McKenna.

La Conférence de Paris, qui débutera le 30 novembre, sera le point culminant de quatre années de négociations en vue d'un nouvel accord mondial sur le climat. Le premier ministre Justin Trudeau assistera au sommet auquel plus de 80 pays seront représentés.

Plus d'articles

Commentaires