Retour

« Ce n’est que le début de la conversation et des appels à l’action », dit la cousine de Colten Boushie

Après avoir rencontré des ministres fédéraux lundi à Ottawa, des proches de la famille de Colten Boushie, ce jeune Autochtone tué par balle dans une ferme à l'ouest de Saskatoon en 2016, affirment avoir de l'espoir. La famille réclame des changements au système de justice canadien à la suite de l'acquittement de Gerald Stanley, qui était accusé de meurtre prémédité.

« Ce n’est que le début de la conversation et des appels à l’action », a dit Jade Tootoosis, la cousine de Colten Boushie, après une rencontre de plus de deux heures avec Carolyn Bennett, ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord, et de 45 minutes avec Jane Philpott, ministre des Services aux Autochtones.

Jade Tootoosis était accompagnée d’Alvin Baptiste et de Debbie Baptiste, l'oncle et la mère de Colten Boushie.

Selon l’avocat de la famille, Chris Murphy, les deux ministres « ont été géniaux ». « Ils écoutent », a-t-il affirmé.

En faisant le voyage jusqu’à Ottawa, la famille voulait faire part de ses préoccupations par rapport à la justice canadienne, notamment de son manque de confiance envers le système ainsi que des injustices dont elle dit avoir été victime avec la mort de Colten Boushie ainsi que pendant le procès.

Une rencontre avec Justin Trudeau

D'autres rencontres doivent avoir lieu mardi avec le ministre de la Sécurité publique et de la Sécurité civile, Ralph Goodale, et la ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a décidé lui aussi de rencontrer la famille mardi.

Selon Chris Murphy, la famille n’a pas pour le moment fait de demandes particulières aux ministres qu’elle a rencontrés, mais elle espère cependant discuter de certains détails, comme la réforme de la sélection des jurys, avec les ministres de la Sécurité publique et de la Justice. Aucun Autochtone ne faisait partie du jury au procès de Colten Boushie.

« Nous voulons commencer à parler de ce qu’on peut faire pour s’attaquer au problème pour qu’aucune autre famille ne traverse ce que nous avons traversé », avait de son côté déclaré Mme Tootoosis dimanche.

Respect du système judiciaire, mais ouverture au dialogue

En conférence de presse lundi après-midi, le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, qui, avec quatre membres de son cabinet, était de passage à Saskatoon pour rencontrer des dirigeants de la Fédération des nations autochtones souveraines et des membres du Conseil tribal de Saskatoon, a déclaré vouloir un « dialogue ouvert et franc sur les gens de partout dans la province ».

M. Moe a souligné qu'à titre de premier ministre provincial, il serait toujours respectueux de l'indépendance du système judiciaire et des décisions des tribunaux. Selon lui, toutefois, il est important de noter que « l’intolérance et les commentaires haineux n’ont jamais été et ne sont pas acceptables dans la province de la Saskatchewan ».

Rappel des faits

Colten Boushie, 22 ans, originaire de la Première Nation de Red Pheasant, a été abattu après s’être rendu à bord d'un véhicule en compagnie de quatre autres jeunes à la ferme appartenant à Gerald Stanley, en août 2016. Il a été atteint d’une balle à la tête à la suite d’un affrontement avec l’homme, son fils et sa femme.

Gerald Stanley, accusé de meurtre au deuxième degré, a été acquitté par un jury vendredi. Au cours du procès, il a soutenu qu’il n’avait pas eu l’intention de tuer qui que ce soit, mais que l’arme qu’il tenait s’était déclenchée toute seule.

Des messages sur Twitter

Le premier ministre Justin Trudeau ainsi les ministres Jane Philpott et Jody Wilson-Raybould ont tous les trois donné leur opinion sur leur compte Twitter à la suite du verdict. Ils ont exprimé leur sympathie envers la famille.

« Comme pays, nous pouvons faire mieux », a même écrit la ministre Wilson-Raybould.

Traduction du tweet : « Merci au PM Justin Trudeau. Mes pensées vont à la famille de Colton Boushie. Je ressens sincèrement votre douleur et vous entends. En tant que pays, nous pouvons et nous devons faire mieux – je suis entièrement dévouée à assurer la justice pour tous les Canadiens. »

Traduction du tweet : « Terribles nouvelles ce soir pour la famille et les amis de Colten Boushie. Mes pensées et prières sont avec vous en cette période de deuil et de douleur. Nous devons tous en faire plus pour améliorer la justice et l'équité envers les Autochtones du Canada. »

« C’est facile de publier un tweet, mais nous voulons que cela se traduise par des actions, pas seulement des poignées de main et des câlins », a souligné Kim Jonathan, vice-chef de la Fédération des nations indiennes de la Saskatchewan.

La famille ignore combien de temps elle restera dans la capitale. Les billets d’avion pour le retour en Saskatchewan n’ont d’ailleurs pas été achetés, précise son avocat.

Plus d'articles