Retour

Certaines journées pédagogiques pourraient disparaître en Outaouais

Les élèves en Outaouais ont déjà perdu cinq journées de classe jusqu'à présent, si on comptabilise les jours de grève des enseignants et du personnel de soutien. Le calendrier scolaire au Québec prévoit pourtant 180 jours de classe. Certaines commissions scolaires ont donc l'intention d'annuler des journées pédagogiques pour compenser.

Un texte de Marie-Lou St-Onge

Commission scolaire des Draveurs (CSD)

La Commission scolaire des Draveurs a déjà décidé de transformer deux journées pédagogiques flottantes en journées de classe pour rattraper le temps perdu. Selon le président, Claude Beaulieu, ces journées seront probablement celles prévues en décembre et en janvier.

C'est le conseil des commissaires qui tranchera lundi prochain. Toujours selon M. Beaulieu, ceux-ci examineront d'autres plans dans l'éventualité où le conflit s'étire.

Dans cette optique, des journées pédagogiques prévues en avril, mai et juin pourraient aussi être transformées en journées de classe.

Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV)

Les commissaires de la CSCV attendront après les journées de grève prévues les 1,2 et 3 décembre avant de statuer sur l'utilisation ou non de journées pédagogiques.

La première journée qui pourrait être abolie est celle du 20 mai.

Cette journée est utilisée en « cas de force majeure », habituellement pour reprendre une journée de classe pendant laquelle l'école a fermé ses portes - en raison d'une tempête de neige, par exemple.

Cependant, les commissaires doivent d'abord s'assurer que la grève peut être considérée comme un « cas de force majeure ».

Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO)

Les discussions sont déjà entamées à la CSPO, mais aucune décision n'est prise pour l'instant.

Les commissaires préfèrent attendre de voir les prochaines décisions des syndicats, qui représentent le personnel de soutien et les enseignants, avant de se positionner.

Commission scolaire des Hauts-Bois-de-l'Outaouais (CSHBO)

De son côté, la CSHBO « n'envisage pas pour le moment de modifier son calendrier scolaire, malgré le contexte particulier de la présente année scolaire », explique-t-on par courriel.

S'il y avait un changement ou une directive du ministère de l'Éducation, la commission scolaire « prendra alors les dispositions nécessaires ».

Réaction du syndicat des enseignants de l'Outaouais

Le président du syndicat des enseignants de l'Outaouais (SEO), Claude Tardif, qualifie de « regrettable » l'action d'éliminer des journées pédagogiques. Selon lui, cela revient à dévaloriser le travail des enseignants, qui utilisent ces journées pour faire de la correction ou de la planification.

Le syndicat confirme qu'il tentera d'empêcher les commissions scolaires d'abolir des journées pédagogiques.

D'autres jours de grève?

Par ailleurs, une rencontre avec les délégués syndicaux aura lieu lundi pour parler de la suite des choses.

Rappelons que le syndicat des enseignants de l'Outaouais a encore une journée de grève en main. Ce n'est que mercredi soir, lors de l'assemblée générale des membres que l'on saura si et quand cette journée sera utilisée.

Claude Tardif ne nie pas que les enseignants pourraient être appelés à se prononcer sur d'autres mandats de grève.

Plus d'articles

Commentaires