Retour

Ces gens qui aiment le froid extrême

Malgré les épisodes de froid extrême qui s'abattent sur la région, de nombreux amateurs de plein air continuent à braver les températures glaciales. Rencontre avec ces marginaux de la météo.

Samedi, un avertissement de froid extrême touchait les grandes régions de l'Est ontarien et de l'Outaouais. Le redoux de la semaine dernière a toutefois provoqué la fermeture du canal Rideau d'Ottawa, en plus d'endommager plusieurs pistes de ski de fond et de randonnée du parc de la Gatineau.

Malgré ces conditions d'apparence hostile à l'activité en plein air, des dizaines de personnes se trouvaient sur la patinoire aménagée devant le Parlement, à Ottawa.

« La glace est bonne à cause de la température, on peut aller assez vite et on a beaucoup de plaisir », s'est exclamée une jeune patineuse, Geneviève.

« C'est ce qu'on fait au Canada », a souri un père de famille accompagné de ses enfants.

« C'est l'hiver au Québec, ça fait partie des joies de la vie », a renchéri France, une autre amatrice de patinage rencontrée devant le Parlement.

Au parc de la Gatineau, les randonneurs étaient également nombreux pour profiter des sentiers enneigés.

« On s'adapte, on s'habille en conséquence », a expliqué l'un d'eux, Christian Moiza.

Pour une « appréciation de l'hiver canadien »

Plus que de simples amateurs de sports d'hiver, Normand Latour, instructeur de ski, et Vincent Barrette, ingénieur forestier, se sont investis de la mission d'apprendre au public à apprécier l'hiver.

« J'ai toujours joué dehors, ça fait 40 ans que je joue dehors », a expliqué Vincent Barrette en entrevue à l'émission Les malins. « Même adulte, c'est le jeu qui nous garde à l'extérieur. »

Normand Latour a transformé sa passion pour les sports d'hiver en métier. Pour lui, c'est en s'exposant en froid et en s'habillant convenablement qu'on peut réellement apprendre à apprécier l'hiver.

« Quand on apprend à faire du ski, on apprend fort [...] Les enfants ne jouent plus dehors comme on jouait dehors à l'époque », a-t-il fait remarquer.

Cet enthousiasme hivernal comporte néanmoins des risques. Environnement Canada rappelle en effet les dangers du froid extrême sur la santé.

« Des engelures peuvent se développer en quelques minutes sur la peau exposée au refroidissement éolien », peut-on lire sur le site web de l'agence fédérale.

Avec les informations de Jérôme Bergeron

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards