Retour

Changement de garde : prudence et espoir dans la région d’Ottawa-Gatineau

Alors que la vague rouge qui a balayé la grande région d'Ottawa-Gatineau suscite un enthousiasme prudent pour certains, elle soulève de l'espoir pour d'autres.

C'est le cas du Regroupement des gens d'affaires (RGA) de la capitale nationale, qui espère que les investissements majeurs promis par le Parti libéral dans les infrastructures profiteront aux communautés de la région.

M. Chaîné précise qu'il a bon espoir que la région ait du poids sur la scène nationale. « Si tout se passe bien et, compte tenu de la qualité des candidats qui ont été élus, je pense que nous devrions avoir une représentation assez intéressante au niveau du cabinet, et donc, au niveau de la prise de décision nationale », souligne-t-il.

La Chambre de commerce de Gatineau accueille elle aussi positivement le changement de gouvernement. Le vice-président du conseil d'administration de l'organisme, Jean-Claude Des Rosiers, estime que les investissements promis dans les infrastructures bénéficieront à l'Outaouais.

M. Des Rosiers se réjouit aussi de l'élection d'un gouvernement majoritaire, rappelant que la longue campagne électorale a fait mal à la région.

Les fonctionnaires encouragés

L'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) a connu des rencontres positives avec les candidats libéraux de la région d'Ottawa et de Gatineau au cours de la campagne électorale.

Le plus grand syndicat de fonctionnaires fédéraux espère que le Parti libéral respectera les engagements électoraux qu'il a pris et qu'un changement de ton aux tables de négociation sera observable.

« Il est certain que des compressions additionnelles, c'est quelque chose dont nous ne voulons pas entendre parler. Nous avons déjà été assez coupés, alors la mobilisation de nos membres sera toujours présente », affirme le vice-président de l'AFPC, Larry Rousseau.

La francophonie ontarienne tend la main

De son côté, Denis Vaillancourt, président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, se dit prêt à entamer le dialogue avec la nouvelle administration.

« J'ose me permettre l'espoir, dont M. Trudeau parlait hier soir, qu'on pourra repenser et à ses communautés fondatrices dans la perspectives des langues officielles et des minorités francophones hors Québec », a-t-il souligné.

Il espère que le gouvernement sera aussi prêt à collaborer avec les partis d'opposition pour faire avancer les dossiers pressants pour les francophones de l'Ontario et du Canada.

De grandes attentes en environnement

De son côté, le directeur général du Conseil régional de l'environnement et du développement durable de l'Outaouais (CREDDO), Benoit Delage, salue la défaite du gouvernement de Stephen Harper.

Il estime que les conservateurs ont fait beaucoup de dommages sur le plan environnemental au cours des dernières années, en minant notamment la lutte aux changements climatiques.

M. Delage souligne que les attentes envers les libéraux sont grandes, surtout à l'approche de la Convention des Nations unies sur les changements climatiques.

La Conférence des Nations unies sur les changements climatiques aura lieu à Paris du 30 novembre au 11 décembre.

Réception tiède pour les agriculteurs franco-ontariens

 Phillippe Etter, vice-président de l'Union des cultivateurs franco-ontariens, affirme que les agriculteurs donneront la chance au Parti libéral de faire ses preuves.

Selon lui, Francis Drouin, candidat libéral élu dans Glengarry-Prescott-Russell, s'y connaît peu en matière d'agriculture, mais reste un interlocuteur crédible.

« Je pense qu'il y a une volonté de sa part, lors des débats qui ont eu lieu, de vouloir de se pencher sur le dossier agricole et de vouloir aider les agriculteurs », souligne M. Etter. 

Toutefois, il rappelle que les agriculteurs sont inquiets face au Partenariat transpacifique (PTP), qui créerait une brèche dans la gestion de l'offre. En campagne électorale, le chef libéral Justin Trudeau avait dit vouloir défendre l'intégralité du système de gestion de l'offre, sans s'opposer au PTP.

Logemen'occupe reste sur ses gardes

Même si Logemen'occupe se réjouit de la défaite des conservateurs, l'organisme entend tout de même rester vigilant face à l'arrivée au pouvoir du Parti libéral.

François Roy, coordonnateur de l'organisme, rappelle que Logemen'occupe n'avait accordé que la note C aux libéraux dans son bulletin préélectorale.

L'organisme entend s'assurer que les nouveaux élus de l'Outaouais, ainsi que le chef libéral Justin Trudeau, respecteront leurs promesses d'investir dans la lutte à la pauvreté et à l'itinérance.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine