Retour

Changer ou non le nom de la rue Amherst à Gatineau?

La volonté du maire de Montréal, Denis Coderre, de changer le nom de la rue Amherst au centre-ville de la métropole québécoise, provoque une nouvelle levée de boucliers par le mouvement Impératif français à Gatineau.

Six ans après un vote négatif au conseil municipal sur le changement de nom de la rue Amherst, dans le secteur de Hull, Impératif français interpelle les élus gatinois pour qu'ils revoient cette décision.

« J'espère que le conseil municipal se saisira de l'occasion pour faire preuve de réparation historique à l'endroit des Premières nations et de la francophonie, ce qui aurait dû être fait depuis longtemps », a déclaré le président d'Impératif français, Jean-Paul Perreault.

Un militaire controversé

La rue Amherst tire son nom du baron anglais Jeffery Amherst, qui, à titre de gouverneur général et de commandant en chef des forces britanniques en Amérique du Nord de 1758 à 1764, s'est illustré par la prise de la forteresse de Louisbourg et la capture de Montréal en 1760.

C'est sa suggestion de combattre une tribu autochtone dans la région de Fort Pitt (maintenant Pittsburgh) en les infectant au virus de la variole qui rend le personnage controversé.

Réactions d'élus gatinois

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, qui avait voté pour le retrait du nom Amherst, croit qu’il n’y a pas « d’extrême urgence » à changer le nom de la rue. Or, il croit que si la Ville allait de l’avant avec le changement de nom, elle pourrait honorer une personnalité autochtone de la région.

« La toponymie est un outil pour rendre hommage aux gens. Amherst, ce n’est pas quelqu’un à qui on devrait rendre hommage [...] Ça pourrait être une occasion à saisir de changer un nom de rue pour rendre hommage à quelqu’un d’autre. Mais si on le fait, il faudrait que ce soit quelque chose de positif », a-t-il dit.

Le maire rappelle que la toponymie de deux rues a changé au cours de son mandat.

La conseillère municipale du district Bellevue et candidate à la mairie, Sylvie Goneau, pense que l’on doit respecter la volonté des citoyens.

Elle avait voté pour le maintien de la rue Amherst en invoquant la complication que provoqueraient les changements d’adresse liée à une nouvelle dénomination.

« Les citoyens sur la rue ne le demandaient pas. Par contre, est-ce que la donne change aujourd’hui, parce qu’on est plus attentif aux sensibilités de certaines cultures, certains groupes qui habitent sur le territoire? Pour moi, c’est important que ça soit discuté. Je n’ai aucun problème d’être à l’écoute des citoyens et des nouvelles mouvances », a-t-elle expliqué.

La candidate à la mairie affirme « qu’on n’a rien à perdre » à faire un inventaire de la toponymie pour voir quels noms de rue seraient problématiques. Selon elle, les élus se pencheraient sur la question si les citoyens exprimaient cette volonté.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Plus d'articles

Commentaires