Christine Saber entend bien faire la preuve qu'on peut être femme de tête autant que femme de coeur, en conciliant travail et famille à sa manière. La doctorante en psychologie, qui a elle-même accompagné sa grand-mère dans la maladie, souhaite maintenant oeuvrer à soutenir les aidants naturels.

Un texte de Valérie Lessard

Nom : Christine Saber

Âge : 22 ans

Occupation : Doctorante en psychologie

Ses origines : Née au Canada, Christine est la deuxième de six enfants et l'aînée des trois filles de la famille. Ses parents ont fui la guerre au Liban, il y a une trentaine d'années, et se sont installés dans la région de la capitale nationale afin d'améliorer le sort des leurs.

Fait remarquable : La doctorante, dont les parents n'ont pas eu la chance de terminer leurs études secondaires, est la première femme de son clan élargi à entreprendre des études universitaires supérieures. Elle fait partie d'un groupe sélect de 15 aspirants choisis annuellement (sur quelque 200 à 250 postulants) dans son programme de doctorat, dont elle termine la première de six années de formation. Le soutien des siens permet à Christine de faire fi des commentaires de gens de la communauté qui remettent en question le fait qu'elle ne semble pas pressée de se marier et de fonder une famille à son tour. « Mon but, c'est de démontrer aux autres femmes que les facteurs démographiques, socioculturels ou peu importe ne devraient pas être des facteurs limitant leur poursuite académique. Si c'est ça qu'on veut, il faut y aller et mettre les efforts nécessaires pour y arriver », soutient-elle avec ferveur.

Projet à venir : Si Christine aspire à offrir ses services aux plus démunis, elle souhaite aussi ardemment soutenir et mieux outiller les aidants naturels. La jeune femme sait à quel point ces derniers peuvent eux-mêmes avoir besoin d'être aidés dans leur mission : pendant cinq ans, les Saber ont accompagné l'aïeule de la famille, qui souffrait d'Alzheimer. « De par ma culture, on a pris soin d'elle toute sa vie. [...] Elle n'a jamais quitté la maison, je l'ai vue chaque jour de ma vie quasiment. Et je sais que ça peut avoir un impact énorme sur notre bien-être et sur notre santé, non seulement physique, mais mentale aussi. » Christine souhaite mettre à profit cette expérience toute personnelle pour développer l'empathie dont elle pourrait avoir besoin pour travailler avec ses clients plus tard.

Christine Saber est le choix d'Akuol Luala.

Plus d'articles