Retour

Cimetière musulman : déception à Ottawa après le référendum de Saint-Apollinaire

Le rejet du projet de cimetière musulman par voie de référendum à Saint-Apollinaire, près de Québec, a trouvé des échos dans la région d'Ottawa et de Gatineau où une association musulmane s'est dite déçue du résultat.

Le porte-parole du chapitre ottavien de l'organisme Présence musulmane, Abdourahman, a accueilli avec beaucoup de déception l'issue du référendum de Saint-Apollinaire. Seules 49 personnes, les électeurs domiciliés dans la zone concernée par le projet de cimetière, étaient autorisées à participer au scrutin, qui s'est finalement joué avec une différence de trois voix.

Le porte-parole se désole que la question du cimetière ait été politisée et estime que « mourir dans la dignité » est un droit dont il dispose en tant que citoyen canadien.

Selon le spécialiste en droit constitutionnel et professeur à l'Université d'Ottawa Sébastien Grammond, la question est cependant plus complexe que cela.

« La liberté de religion ne donne pas nécessairement un droit à une exemption du zonage municipal », a-t-il expliqué. « Il y a un certain flou dans la jurisprudence de la Cour suprême. »

« La question, c'est de savoir si les lois actuelles de zonage font suffisamment de place aux besoins des communautés religieuses minoritaires », a conclu le professeur.

Dans la région de la capitale nationale, un cimetière musulman existe depuis janvier 2013. Le Ottawa Muslim Cemetery est situé sur le chemin Manotick à Ottawa.

« [Selon les rites funéraires musulmans,] quand quelqu'un décède, il est préférable de l'enterrer dans les 24 heures qui suivent », a expliqué M. Kahin.

Le Ottawa Muslim Cemetery, situé sur le chemin Manotick à Ottawa, reste ouvert les jours fériés et ses employés sont musulmans.

Deux cimetières multiconfessionnels avec des lots réservés aux musulmans existent également à Ottawa. Du côté gatinois, aucun cimetière destiné à la communauté musulmane n'existe puisque la demande ne serait pas suffisamment importante.

Avec les informations d'Alexandra Angers

Plus d'articles

Commentaires