Retour

Cindy Blackstock et Stanley Vollant reçoivent un doctorat honorifique de l'Université d'Ottawa

Comme le veut la tradition, l'Université d'Ottawa décerne cette semaine des doctorats honoris causa afin de reconnaître publiquement le mérite exceptionnel, les succès et l'excellence de l'œuvre sociale, culturelle, scientifique, artistique ou humanitaire de certaines personnes.

Parmi les neuf personnalités éminentes qui vont recevoir un doctorat honorifique, deux sont des Autochtones, récompensés pour leurs réalisations extraordinaires, soit le Dr Stanley Vollant, premier chirurgien autochtone du Québec, et Cindy Blackstock, défenseure des droits des enfants.

La Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa a choisi d’honorer M. Vollant pour sa participation à plusieurs projets, parmi lesquels les mini-écoles de médecine, qui visent à encourager les jeunes autochtones à choisir une carrière en santé et, depuis novembre 2017, la transformation de l’Hôpital Notre-Dame de Montréal en « hôpital à échelle humaine » offrant des services adaptés aux groupes plus vulnérables du quartier.

M. Vollant a entre autres occupé les postes de chirurgien généraliste à l’Hôpital Montfort d’Ottawa et de professeur de chirurgie et directeur du programme de médecine autochtone à l’Université d’Ottawa.

Source d’inspiration pour les membres des Premières Nations, le Dr Vollant a entrepris une marche de près de 6000 km, de 2010 à 2017, sur les chemins foulés par ses ancêtres, l’Innu Meshkenu, qui avait pour objectif d’encourager les jeunes autochtones à ne jamais abandonner leurs rêves.

Cindy Blackstock récompensée en droit

La Faculté de droit de l'Université d'Ottawa rendra pour sa part hommage à Cindy Blackstock, une défenseure des droits des enfants des Premières Nations qui ne craint pas de se battre au nom de la justice et de l’équité. Membre de la Première Nation Gitxsan, Mme Blackstock est professeure à l’École de service social de l’Université McGill.

Au tournant des années 2000, Mme Blackstock et d’autres chercheurs ont constaté que pour chaque dollar reçu des provinces pour la protection des enfants non autochtones vivant hors réserve, les enfants des Premières Nations recevaient seulement 78 cents du fédéral. Le système ne permettait donc pas aux agences de protection de la jeunesse de remplir leur mandat et les enfants autochtones continuaient à être envoyés en famille d’accueil en grand nombre.

En 2007, l’Assemblée des Premières Nations et Cindy Blackstock, à titre de directrice générale de la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations, ont déposé une plainte auprès de la Commission canadienne des droits de la personne accusant le gouvernement fédéral de discrimination à l’égard des enfants autochtones en raison du sous-financement des services de protection de l’enfance dans les réserves.

Neuf ans plus tard, en janvier 2016, le Tribunal canadien des droits de la personne a ordonné au gouvernement de mettre fin à la discrimination raciale envers les enfants en réformant son système et en augmentant le financement des services. Cette décision a été considérée comme étant historique pour les droits de la personne.

Sept autres doctorats honoris causa

L’Université d’Ottawa décernera un doctorat honoris causa à sept autres personnalités de renom : à la femme d’affaires Annette Verschuren, au docteur Eli Y. Adashi, au bibliothécaire et archiviste du Canada Guy Berthiaume, à l’homme d’affaires John McCall MacBain, au chercheur Dominique Massiot, au titulaire de la Chaire de recherche du Canada en administration publique et gouvernance à l’Université de Moncton, Donald Savoie, et au professeur au Département de médecine de l’Université de Toronto Thomas M.S. Wolever.

Le doctorat honoris causa est la plus haute distinction qu'une université puisse décerner.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu’est-ce que le fétichisme des pieds?





Rabais de la semaine