Bien que les défis financiers demeurent importants, la direction du Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de l'Outaouais croit avoir atteint ses objectifs après sa première année d'existence. Le bilan est toutefois moins positif chez les syndicats, qui estiment que la qualité des services en a pris pour son rhume.

La première année a été difficile et le grand patron du CISSS de l'Outaouais est le premier à l'admettre.

Le PDG Jean Hébert croit toutefois qu'en un an, la nouvelle structure a fait des pas importants, malgré des compressions de 32 millions de dollars.

Son de cloche différent chez les syndicats

Si les services aux patients ont été maintenus, les syndicats soutiennent que la qualité des soins n'est plus la même.

Les relations de travail sont plus compliquées qu'elles étaient, selon le vice-président du Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires de l'Outaouais, Steve Paul.

Du côté des médecins, c'est toujours l'attente : développement de nouveaux services, nouveau centre mère enfant et de meilleurs délais pour leurs patients, selon le président de la Fédération des médecins omnipraticiens de l'Outaouais, le Dr Marcel Guilbault.

Il est difficile d'envisager des améliorations, ajoute le Dr Guilbault, quand on est dans un contexte de compressions.

Déficit moins important

Par ailleurs, la direction du CISSS de l'Outaouais prévoit un autre déficit, cette fois de 5 millions de dollars. C'est moins important que le déficit prévu de 8 millions de dollars.

Le budget sera confirmé au cours des prochaines semaines. La direction du CISSS de l'Outaouais est d'avis que la deuxième année d'existence s'annonce plus prometteuse.

Avec les informations de la journaliste Nathalie Tremblay

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine