Retour

Collusion à Gatineau : André Mathieu radié de l'Ordre des ingénieurs pour 20 mois

Un haut dirigeant d'une firme d'ingénieurs impliquée dans des activités de collusion à Gatineau est radié temporairement de son ordre professionnel. La décision du Conseil de discipline de l'Ordre des ingénieurs du Québec est tombée le 4 octobre.

Le Conseil de discipline impose à André Mathieu une sanction pour une période de 20 mois, pour avoir enfreint de nombreux articles du code de déontologie. M. Mathieu est également condamné à rembourser tous les frais liés à la plainte contre lui.

Pendant six ans, soit entre 2003 et 2009, André Mathieu a participé à un système de partage des contrats, afin de contourner le processus d'appel d'offres de la Ville de Gatineau.

En vertu de ce système occulte, les firmes Cima+, Genivar (maintenant WSP Global), Tecsult et Dessau se répartissaient des contrats de génie civil dont la valeur pouvait parfois atteindre 500 000 $.

André Mathieu occupait à l'époque la vice-présidence du bureau de Gatineau de la firme Cima+.

Un dossier qui se clôt

La décision dans l'affaire André Mathieu vient clore le dossier des sept ingénieurs de Gatineau qui ont participé à ce système de collusion et qui ont été poursuivis par l'Ordre.

Deux ingénieurs de la firme Genivar, Claude Marquis et François Paulhus, ont été radiés temporairement pendant 15 mois.

Michel Famery, alors vice-président de la firme Dessau au moment des faits reprochés, a été radié pendant 10 mois.

Deux autres ingénieurs accusés dans cette affaire, Dave Boulay et Maxime Asselin, de la firme Dessau, eux, ont écopé respectivement d'amendes de 3000 $ et de 2000 $.

Par ailleurs, celui par qui toute cette affaire de collusion a été mise au jour à la Commission Charbonneau, Marc-André Gélinas, a également été sanctionné par l'Ordre en 2016, mais la décision est frappée d'une ordonnance de non-publication.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine