Retour

Combattre la crise des opioïdes par la divulgation obligatoire des cadeaux de l'industrie pharmaceutique

Le gouvernement ontarien songe à forcer les médecins qui ont reçu des cadeaux ou de l'argent de la part d'entreprises pharmaceutiques à dévoiler ces informations publiquement. Et un expert de l'Université Carleton croit que la divulgation obligatoire de ces informations pourrait aider dans la lutte à la crise des opioïdes.

Un texte de Claudine Richard

En ce moment, le ministère de la Santé Santé et des Soins de longue durée de l'Ontario mène de vastes consultations auprès de 57 organisations de la santé différentes. La province souhaite examiner la manière de mettre en place une divulgation obligatoire des cadeaux de l'industrie médicale remis aux médecins. Si la province va de l'avant, elle deviendra la première au pays à avoir de telles règles.

Forcer la divulgation des transferts d'argent aux médecins pourrait aider à combattre la crise des opioïdes selon Marc-André Gagnon, professeur agrégé à l'École d'administration et de politique publique de l'Université Carleton

« Certains médecins sont financés massivement par des compagnies qui produisent des opioïdes et ils se sont retrouvés à prescrire systématiquement des opioïdes », dit-il. « À partir de là [la divulgation obligatoire des cadeaux], on est en mesure de mieux comprendre où il peut y avoir eu des abus au niveau de l'influence des habitudes de prescription », précise M. Gagnon.

Il existe déjà certaines restrictions quant à ce qui peut être accepté par un médecin. Selon les règles de l'Association Médicale de l'Ontario (AMO), les médecins ne peuvent recevoir d'argent de la part d'entreprises pharmaceutiques en échange de rendez-vous avec leurs représentants. Mais les médecins peuvent cependant être payés pour donner des conférences, siéger à des conseils d'administration ou faire de la recherche. Ce sont ces cadeaux, obtenus légalement, qui n'ont pas à être déclarés.

« Ces conflits d'intérêts dans le monde de la médecine, si ça avait lieu en politique, on parlerait carrément de corruption », indique Marc-André Gagnon.

Pour lui, il est évident que le gouvernement de l'Ontario doit aller de l'avant avec la divulgation obligatoire des sommes d'argent versées aux médecins par les compagnies pharmaceutiques.

Une transparence souhaitée par la population

« Si ça peut influencer la décision de mon médecin sur le choix d'un certain médicament, oui, ça devrait être rendu public », nous dit Ashley Whiteside, résidente d'Ottawa.

Et ils sont plusieurs dans la région à penser ainsi. « Ce sont des pots de vin et dans plusieurs domaines, c'est défendu », souligne Nathalie Tremblay, une citoyenne de la région.

Le professeur Marc-André Gagnon ne croit pas que les cadeaux offerts aux médecins influencent automatiquement leur diagnostic, mais la divulgation obligatoire permettrait au moins de repérer les pommes pourries dans le système de la santé selon lui.

Le 20 juin 2017, 10 sociétés pharmaceutiques ont publié volontairement des données partielles sur les montants payés aux professionnels des soins de santé. Près de 50 millions de dollars auraient ainsi été versés à des professionnels de la santé et des compagnies du domaine de la santé en 2016.

À la suite de la divulgation volontaire de ces données, le ministre ontarien de la Santé, Eric Hoskins, avait fait la déclaration suivante: « L'annonce concernant la divulgation volontaire de paiements par certaines entreprises pharmaceutiques est une étape positive pour reconnaître le besoin de transparence en ce qui concerne les relations entre les sociétés pharmaceutiques et les professionnels de la santé. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine